Des petits caprices?

Dans l’article du Devoir qui fait état de la question des cours d’anglais offerts aux immigrants francophones, il y a un paragraphe, et surtout une phrase (que je mets en caractère gras) qui me fait tiquer :

Pour décrocher certains types d’emplois, le bilinguisme est essentiel dans la région de Montréal. C’est le cas notamment des emplois en administration et en informatique, a signalé M. Kachani. Il faut aussi noter la présence de nombreuses filiales de compagnies américaines où la connaissance de l’anglais est bien vue.

Je me demande bien si le gros noeud du problème du bilinguisme mur-à-mur qui est demandé au Québec, surtout à Montréal, vient de là. Je suis bien d’accord que la connaissance de l’anglais soit un plus pour quiconque, mais si ça vient d’un caprice corporatiste, où par exemple le grand patron veut pouvoir parler en anglais à tous ses employés, sans exception, ça me semble discutable : c’est du totalitarisme « soft », mais cela en est quand même!

Le Québec est francophone, l’État offre des cours de français dans les écoles et aux immigrants fraîchement arrivés. Il offre aussi des cours de base en anglais pour tous (qui permettent à peine de se débrouiller…) dans les institutions d’enseignements, ce qui est bien sûr réservé aux gens ayant grandi ici, c’est la logique même : on ne peut pas être à deux endroits en même temps… Au-delà de ça, l’anglais est la langue commune pour tout le monde dans le monde, je ne vois pas pourquoi on ne paierait pas alors des cours d’anglais avancés pour toute la population du Québec si c’est si essentiel.

Mais avec la phrase plus haut, je doute fortement que le bilinguisme dans le marché du travail soit essentiel au point où on semble vouloir nous le faire croire, surtout dans l’optique où une francisation totale du monde du travail serait possible, avec un peu de volonté politique…

Publicités

18 Responses to “Des petits caprices?”


  1. 1 lusciousloba mai 1, 2008 à 18:45

    J’ai fait mon stage de fin d’étude dans une entreprise de très grande taille, filiale canadienne d’un monstre étatsunien (monstre dans le sens d’énorme). Cette filiale est établie sur la rive-sud de Montréal depuis 1928…C’est assez simple: historiquement les bureaux (lire la direction) sont « anglos » et l’usine « franco ». Bon je généralise, avec le temps francos et anglos sont partout (et de partout).

    Donc retour au stage, au service des ressources humaines. Un matin, je participe à une réunion de service bien ordinaire où contrairement à l’habitude nous ne sommes que 10, francophones. La réunion s’est déroulée en anglais (oui!) jusqu’à ce que j’allume que nous sommes tous francos…

    Ceci pour illustrer qu’il y a une culture organisationnelle qui perdure, qui a la couenne dure. Pourquoi? Là est la question!

  2. 2 renartleveille mai 1, 2008 à 19:36

    Pourquoi?

    Simplement parce que les boss on le gros boute du bâton…

    L’argent donne l’immunité quant au respect ça l’air, et j’écris ça même si je sais que j’exagère!

  3. 3 lusciousloba mai 1, 2008 à 20:07

    Je pense que ça va chercher encore plus loin…Un genre de mémoire collective peut-être? JE ne sais trop j’extrapole et je suis peut-être dans le champ. J’ai observé que malgré la présence de francophone à des postes clés, même au sein de la haute-direction, c’est pareil.

    Mais dans l’usine, c’est autre chose: syndicat hyper fort et présent, et très très franco.

    On dirait un clash entre 2 mondes…Bin, c’est pas on dirait c’est carrément ça!

  4. 4 Y-man mai 1, 2008 à 20:21

    pour avoir travaillé jusqu’à vendredi passé dans un milieu bilingue, combien de fois j’ai vu des courriels écrit en anglais quand tous les personnes de la liste était francophones, combien de réunion que j’ai vu avec 9 francos et 1 anglos et ça parlait anglais seulement. Les anglais ont une sainte peur de parler français, je ne sais pas s’ils ont peur de perdre leurs gonades mais ils sont très récalcitrant à ce fait alors pour eux que les employés parlent anglais en leur présence est finalement plus un caprice car le besoin n’est pas si grand que cela. Il y a aussi beaucoup d’anglos qui ne parlent pas bien le français mais qui comprennent très bien le français, c’est juste que le réflexe de colonisé des francophones fait qu’ils vont plier. Excuse moi d’être un peu dur mais pour avoir travaillé en milieu anglo j’ai vu plus souvent des francos plier l’échine et parler Shakepeare que d’invoquer Molière et que de se faire respecter dans un pays bilingue (Canada) ou unilingue français (Québec)

  5. 5 renartleveille mai 1, 2008 à 20:21

    Lusciousloba,

    bon, si tu l’dis! 😉

    Moi j’ai toujours peur d’avoir l’air extrémiste…

  6. 6 renartleveille mai 1, 2008 à 20:29

    Y-Man,

    ça m’a tout l’air que ton expérience représente assez bien beaucoup de cas, et ton nouveau milieu de travail?

  7. 7 Y-man mai 1, 2008 à 20:58

    en français seulement yéééééééééééé

  8. 8 renartleveille mai 1, 2008 à 21:07

    Y-Man,

    super!

    Moi aussi c’est pas mal ça. Bar franchement francophone, avec un nom très francophone, mais il arrive de temps en temps que des clients m’abordent en anglais, et il appert majoritairement qu’ils sont bilingues, finalement… 😦

  9. 9 DavidB mai 1, 2008 à 21:27

    Je ne veux pas crier au scandale… mais si les immigrant recoivent des cours gratuit.. pourquoi je devrais payer pour en avoir?

  10. 10 ND mai 1, 2008 à 23:16

    Je vais me faire l’avocate du diable…

    Je travaille dans un milieu à 100% bilingue. Il ne peut pas y avoir plus bilingue : nous sommes tous traducteurs. Les deux-tiers sont francophones, le tiers sont anglophones. Nous parlons tous les deux langues, à différents degrés. Quand un anglophone parle, il parle en anglais, et le francophone qui lui répond répond en français.

    Mais ce n’est pas naturel. En général, le plus à l’aise dans la langue de l’autre change. Par politesse. Aussi pour utiliser la même terminologie. Sinon, on se concentre plus sur la traduction de la discussion que sur le sujet même. Quand on parle une langue, on doit penser dans cette langue, sinon, ça ne fonctionne pas très bien. D’où la contamination. Le fait que ce soient les francophones qui se « sacrifient » tient de plusieurs facteurs… certains plus légitimes que d’autres. Mais en général, il ne suffit que d’un francophone qui s’entête à parler français pour que tous les autres adoptent cette langue durant la conversation. À condition que tout le monde comprenne le français.

    Ce que je rouve sidérant, c’est que les examens de bilinguisme sont plus difficiles pour les francophones que pour les anglophones… immigrants ou non.

    Les cours d’anglais qui sont donnés dans les écoles primaires et secondaires (qui sont gratuits et obligatoires pour tous les enfants et adolescents) ne sont pas mauvais. J’y ai appris l’anglais. Bien entendu, comme tout cours de langue, le contexte scolaire est très limité, il faut vivre dans une langue pour vraiment pouvoir s’y sentir à l’aise. Cependant, je dirais que les cours sont adaptés au milieu. Si on est à l’école en Outaouais, les cours seront plus efficaces que si on les prend au Saguenay – on est beaucoup plus exposé à l’anglais en Outaouais, ce qui fait qu’on apprend la langue plus facilement, mais aussi, que l’apprentissage de cette langue est plus importante que dans une région où on y est moins exposé.

    La fin justifie les moyens. si on veut vraiment apprendre l’anglais, on le fait. On va passer un mois ou deux en territoire « ennemi », puis on revient bilingue. Si des québécois de souche ont du mal à apprendre l’anglais, c’est probablement parce qu’ils n’en ressentent pas le besoin, ou que d’autres besoins sont prioritaires. Après tout, y’a des québécois de souche qui ne savent ni lire ni écrire dans leur propre langue, mais ça, il ne faut pas en parler…

  11. 11 renartleveille mai 2, 2008 à 4:16

    DavidB,

    très légitime comme question. Mais sur le blogue de Patrick Lagacé, j’ai lu qu’un génie du nom de David Gagnon pense que le fait que nous ayons tous eu des cours d’anglais à la petite école justifierait cette gratuité unilatérale… Wow! je suis presque venu dans mes culottes!

    ND,

    « Si des québécois de souche ont du mal à apprendre l’anglais, c’est probablement parce qu’ils n’en ressentent pas le besoin, ou que d’autres besoins sont prioritaires. »

    c’est ce que je me tue à faire comprendre à plusieurs… Ça ne devrait pas être un luxe d’être unilingue francophone au Québec!

  12. 12 ND mai 2, 2008 à 6:53

    Exception faite de Montréal et de Gatineau, au Québec, l’anglais reste un atout et n’a rien d’une nécessité.

    Ce qui me fascine, c’est cette capacité qu’on a à se contredire quand il est question de démographie.

    On s’entend pour dire qu’on a besoin de gens qualifiés pour payer la pension des baby boomers qui partent à la retraite, qu’on est en pénurie de main d’oeuvre et que la pénurie ne va qu’empirer au cours des prochaines années. Les politiques familiales commencent déjà à produire des booms de naissances, mais ces bébés ne seront sur le marché du travail que dans 15 à 20 ans. Tout de suite, là, on a besoin de spécialistes en tout genre. Une des solutions? Favoriser l’immigration de travailleurs qualifiés.

    Alors on le fait. On va en France, par exemple, et on dit « venez au Québec, on a besoin de vous. » Sauf que les Français, une fois ici, ils ne sont pas pris en charge. Pire : on leur dit qu’ils doivent reprendre leurs études depuis le début, parce que nos pratiques sont très différentes. Bref, on veut importer des travailleurs, mais on met tous les obstacles possible au fait qu’ils travaillent. Et puis quand ça se sait, ça crie au scandale.

    Alors, le gouvernement se dit « bon, ok, on a besoin d’immigrants, mais on a aussi besoin que ces immigrants travaillent… sinon, on crée des problèmes au lieu de les régler ». Alors, la solution du gouvernement? Donner des cours! Hm. Peut-être que la solution devrait être d’informer les immigrants des qualifications nécessaires AVANT de les inviter chez nous, d’une part, et de négocier avec les ordres professionnels qu’ils révisent leurs exigences ou qu’ils offrent des programmes de mise à niveau qui feraient en sorte que les professionnels immigrants n’aient pas à refaire 4 à 10 ans d’études pour se qualifier à nouveau… Un an, ce devrait être en masse pour expliquer les différences entre ici et là-bas, non?

    Ensuite, quand le gouvernement dit « bon, ben on donne quelque chose aux immigrants pour que les québécois de souche n’aient pas à leur verser de BS », ça crie encore au scandale. Parce que donner aux autres, ça implique nécessairement que c’est discriminatoires à l’endroit de ceux qui ne reçoivent pas? Un peu comme si donner des lunettes aux myopes serait une discrimination à l’endroit de ceux qui ont une vue parfaite? Pourtant, les cours qu’on reçoit à la « petite école », ils coûtent cher au gouvernement. Avez-vous déjà calculé le nombre d’heure que chaque Québécois passe dans une salle de cours d’anglais dans sa vie?

    Au secondaire seulement, j’avais au moins 2 heures de cours d’anglais par semaine. On multiplie par 36 semaines (180 jours d’école, divisés par 5), puis par 5 ans de secondaire, ça fait un total approximatif de 360 heures de cours d’anglais que j’ai eus aux frais de l’État. Et ces cours étaient amplement suffisants pour que je comprenne le vocabulaire de base et les règles de grammaire. Le reste, ben c’est comme pour toute autre langue, c’est la pratique, ça ne s’apprend pas en cours.

    Ne venez pas me dire que de donner une quarantaine d’heures d’anglais à des immigrants cause préjudice aux non-immigrants. Ça sonne un peu xénophobe à mes oreilles.

    Si les immigrants ont du mal à s’intégrer, c’est peut-être à cause de ce genre d’attitude « r’gardez-les qui vienent nous voler nos jobs » et maintenant : « r’gardez-les qui viennent nous empoisonner notre langue et notre culture »…

  13. 13 lusciousloba mai 2, 2008 à 9:05

    @ND: Si les immigrants ont du mal à s’intégrer, c’est probablement dû au fait qu’ils sont d’abord mal informés AVANT leur arrivée, pas pris en charge à leur arrivée et que leurs qualifications ne sont pas souvent reconnues. Et évidemment s’ajoutent à ça une panoplie de barrières culturelles, psychologiques et sociales (dont le sexe, les immigrantes sont trop souvent désavantagées).

    Je n’ai jamais été une extrémiste de la langue, pas plus maintenant qu’avant. Je m’adapte quand l’autre ne parle pas ou peu le français. Mais je constate simplement qu’ici on fait pas mal d’accommodements comparé à ailleurs (je pense seulement à l’Ontario). Je ne crois pas que donner 40 heures d’anglais à des immigrants cause préjudices aux autres, mais je constate que trop souvent les cours de français offerts sont insuffisants.

    Alors qu’on aide les immigrants à se trouver un meilleur boulot ou à carrément leur permettre de travailler en respectant leurs qualifications en leur offrant des cours d’anglais oui c’est louable. Mais investissez aussi dans les cours de français. C’est pas vrai que ça s’apprend en 40 heures! Ça prend plus de temps, et ça prend un suivi, entre autres dans la communauté.

    Par ailleurs, ce qui m’insulte, c’est qu’un non-immigrant d’origine anglophone vivant depuis sa naissance au Québec, ne soit pas fichu de parler français…Oh ils le comprennent souvent fort bien toutefois! Mais avoir à insister pour avoir un menu en français, me faire servir en français, oui ça m’enrage!

    Si l’anglais est un atout sérieux (ne nous leurrons pas c’est la langue des affaires) n’en demeure pas moins que le Québec est une province francophone.

  14. 14 Le Détracteur Constructif mai 2, 2008 à 12:05

    Moi je continue à croire que le SEUL emploi où le bilinguisme devrait être exigé, c’est celui où l’on doit communiquer avec des gens de d’autres pays. Par exemple, une entreprise en commerce international, import / export, etc.

    Moi j’ai de la chance. Je travaille dans une entreprise moyenne dont 95% des clients sont aux États-Unis. La langue de travail est en français. Quelques anglophones (disons 4 ou 5) travaillent ici, mais comprennent le français un peu. Les courriels internes sont entièrement en français. Les feuilles de temps sont en français.

    Et maintenant, grâce à moi, nos interfaces d’administration pour nos promotions sont en français (et je n’ai pas demandé la permission… je l’ai fait ainsi et c’est tout.)

    La seule chose qui me dépasse, c’est le message téléphonique lorsqu’on appelle au numéro central. « To continue in french, press 9 ». Mais la plupart des gens qui appellent sont de l’extérieur. Je n’ai pas trop à me plaindre, mais je n’accepterai aucun pas vers l’arrière 😉

  15. 15 renartleveille mai 2, 2008 à 13:42

    ND,

    je ne sais pas trop si j’ai envie de m’embarquer dans le débat à savoir s’il y a de l’hypocrisie de notre part de ne pas être d’accord avec cette gratuité, et si c’est de la xénophobie… Ça me semble un peu facile.

    Mon billet pose la question à savoir si le bilinguisme est si essentiel, ce qui me permet de penser que ces cours gratuits sont peut-être superflus pour la majorité d’entre eux.

    Si la majorité des habitants du Québec parlent français, je ne vois pas pourquoi la majorité des communications internes ne pourraient pas se faire en français. Je me demande quel pourcentage des emplois demande un bilinguisme utile et non seulement capricieux!

    Je crois que cette question met en veilleuse toutes les autres…

    Lusciousloba,

    « (ne nous leurrons pas c’est la langue des affaires) »

    ce n’est pas un reproche, mais ça me fait bien rire, parce que si on y pense, les gens oeuvrant dans le milieu des affaires sont vraiment minoritaires… Et c’est l’argument numero uno pour bilinguiser la totalité des Québécois… (Je n’ai rien contre le bilinguisme, mais je le préfère volontaire qu’imposé, quand c’est pour des raisons en plus fortement discutables…)

    Le Détracteur,

    lâches-pas!

  16. 16 lusciousloba mai 2, 2008 à 13:54

    @Renartléveillé: J’aurais en effet dû écrire que c’est une langue qu’on utilise très souvent vers l’extérieur du Québec. Bilinguisme obligé quand tu te diriges vers une branche qui te demande de communiquer en anglais. Après, c’est une question de choix, de goût, de culture. Perso j’aime bien l’espagnol, c’est plus chantant et chaud! 😉

  17. 17 Philippe David mai 2, 2008 à 14:17

    La bataille des langues est perdue d’avance aussi longtemps que le peuple québécois de souche est décidé à se laisser mourir.

    Sinon, il sera progressivement remplacé par des immigrants qui, s’il sont francophones, se foutent éperdument de notre culture. Dans quelques générations, cette culture aura presque disparue, et même la séparation du Québec, ni l’interventionnisme du gouvernement, ne pourra le sauver. Nous suivrons tout simplement la voie des autochtones… Je suis certains qu’ils se bidonnent maintenant.

    (Je suis dans un étrange état d’esprit en ce moment)

  18. 18 renartleveille mai 2, 2008 à 17:54

    lusciousloba,

    « Bilinguisme obligé quand tu te diriges vers une branche qui te demande de communiquer en anglais. »

    exact! et très normal!

    Si un immigrant obtient un cours d’anglais pour travailler dans une usine, dans un emploi manuel, là je me demande…

    Philippe,

    « (Je suis dans un étrange état d’esprit en ce moment) »

    ouais, il me semblait aussi…


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Nethique.info

Finaliste Grands Prix AJIQ catégorie Illustration éditoriale

Catégorie : Illustration éditoriale

Fier collaborateur de…

Infoman
Reflet de Société

Babillages (Twitter)

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Un sous à la fois!

RSS Billets choisis de mon agrégateur (blogoliste dans la bannière)

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Archives

copyleft

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Catégories

Statistiques (depuis 01/01/2008)

  • 632 301 hits

RSS Art

  • Incidence
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Publicités
  • Barack Obama + Hillary Clinton = Scarlett Johansson!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Oui, oui, je sais, quel drôle de titre… C’est que je suis tombé tantôt sur un billet de Benoit Descary qui pointe un nouveau service de recherche d’images similaires nommé GazoPa. Étant donné que je me suis déjà fait piquer une image, je me suis amusé à essayer les […]
  • Quelques images en passant…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Pour avoir la tête dans le cul, je l’ai quand même un peu. Je suis encore légèrement enrhumé (la petite a ramenée ça de la garderie), pas grippé de l’ah! (contrairement au blogueur qui tient Le Gros BS). J’avais trouvé cette photo naguère sur le blogue de Mazzaroth et […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Monsieur l’articide,
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la suite de mon billet précédent, on m’a pointé un texte d’un auteur qu’un certain Pierre Côté considère comme étant « Le plus grand auteur québécois de sa génération » (découvert via @patdion), soit Carl Bergeron. Chacun a droit à son opinion, mais de mon côté, je n’ai pas hésité […] […]

RSS Critiques

  • André Sauvé : un monde fou!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Hier soir, je suis allé voir le spectacle d’André Sauvé avec, je vous avoue, un préjugé défavorable, bien qu’à la base j’aime beaucoup cet humoriste. C’est que j’ai pas mal vu de ses sketches sur le web, à la télé et ses « chroniques » à 3600 secondes d’extase, et j’avais […] […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]
  • Mauvais Oeil
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ La poussière est retombée, on respire par le nez, je vais donc pouvoir revenir sur le cas Pascal-Pierre Fradette. Hier, mon sixième sens me disait qu’il fallait que je google son nom et je suis tombé sur son nouveau projet : Mauvais Oeil. Je me souvenais d’un de ses […]

RSS Culture

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]

RSS Humanisme

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Prix à la consommation : comme une odeur de prise d’otage
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Il y a de ces choses qu’on sait, mais quand on se les refait remettre en pleine face, elles puent. C’est ce qui m’est arrivé quand […]
  • Ce n’est pas la nature qu’il faut sauver, c’est nous!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Après tout ce bleu, étourdissant pour certains, sombre pour d’autres, en attendant le rouge noyé sous la pizza et la bière des déménagements, il serait bon de retourner à la réalité. Une de celles-là, c’est que les contaminants qui nous entourent diminuent « l’écart de poids à la naissance […] […]
  • Né pour un grand pain (les osties, c’est pas assez…)
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Vous êtes sûrement au courant que l’athéisme sort dans la rue prochainement : « une dizaine d’autobus de la STM arboreront une publicité commandée par l’Association Humaniste du Québec ». Si vous ne l’êtes pas, le message qu’on y verra : Dieu n’existe probablement pas. Alors, cessez de vous inquiéter [… […]

RSS Littérature

  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Ce que je n’ai pas encore pu dire au sujet de Nelly
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au figuré, je me mords les doigts presque au sang depuis mon petit billet d’humeur suite à la mort de Nelly Arcan. Attendre que la poussière retombe pour être certain de ne pas me précipiter stupidement dans le regret. Mais en même temps, comme le souligne bien justement Christian […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Un foutu beau débordement de singularité
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Ç’a été long, mais chose due, chose faite, je l’ai lu ton Vamp. Et je m’incline bien bas, mon cher Christian. Comme un chocolat pur cacao à 99%, je l’ai grignoté à petite dose ta brique, m’explosant les papilles, humant ton mistral a plein poumon, pour en épuiser ensuite […]
  • Le luxe du temps
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Bon, voilà, j’ai publié aujourd’hui mon dernier billet sur Blogosphère. Cette collaboration me grugeait du temps comme c’est pas possible! Je pouvais passer trois heures par jour à scruter mon agrégateur pour suivre ce qui se passait dans la blogosphère; et trois heures, c’est conservateur comme chiffre […]

RSS Musique

  • Pourquoi les gens sont gaga de la Lady?
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la fin de son billet « Le filon pop et les archétypes de certitude », Jean-Simon DesRochers pose une question qui attire une réponse de ma part : Et puisque je m’interroge sur la pop; quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi Lady Gaga fait un tel tabac? N’étant pas totalement idiot, […] […]
  • Blogue-notes
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au menu, quelques notices qui pourront sûrement vous intéresser. Premièrement, question de réagir virtuellement à la corruption en cours depuis trop longtemps, il est possible de s’inscrire au groupe Facebook « http://www.nonalacorruption.com/ » et aussi de signer la pétition en ligne. Commentaire […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Un pied dans le dubstep
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Même si je suis DJ, c’est très rare que je parle musique ici. C’est mon monde parallèle. Mais je vais déroger à cette habitude. C’est qu’hier je me suis rendu en compagnie d’un compagnon de travail au Piknik électronique pour entendre deux DJ d’Angleterre : Skream et Benga. Ils […] […]
  • Michael Jackson : le dernier repos? Pas de tout repos!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Il va sans dire que l’hommage à Michael Jackson a été le « premier événement culturel multiplateforme d’importance ». D’un autre côté, les réactions à cet événement ont été nombreuses et variées sur le web. Permettez-moi de vous présenter quelques morceaux choisis, et ce, seulement pour la journée d’hie […]

RSS Philosophie

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Un dinosaure dans la blogosphère
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Dans ce monde virtuel, malgré une veille assez large, malgré des alertes Google, malgré la technologie de notification des liens entrants, l’humain est toujours utile. C’est qu’à la suite de mon premier billet en lien avec le suicide de Nelly Arcan, quelqu’un est venu m’indiquer qu’un autre comment […]
  • Sur le nationalisme
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je regrette qu’il n’existe pas en français de mot pour désigner l’attachement que l’on peut ressentir pour le lieu où nous vivons notre enfance, entouré de gens qui nous aiment et qu’on aime — et pourvu que notre enfance ait été heureuse. Mais si vous retirez du nationalisme cet […] […]
  • Ne bouge surtout pas!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Je suis tombé sur cette photo la semaine dernière. Elle m’a troublé. Au-delà de la confiance aveugle, j’y vois une allégorie de notre condition sociétale. Les […]
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :