Richard Martineau, Louise Harel et l’anglais

Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/

Richard Martineau

Pour une fois, je suis tout à fait d’accord avec Richard Martineau :

Le vrai scandale n’est pas que Louise Harel ne maîtrise pas la langue de Mordecai Richler. C’est qu’il faut organiser des débats en anglais afin que les anglophones unilingues sachent pour qui voter lors des prochaines élections municipales !

D’autant plus que j’ai écrit dernièrement que « je me considère unilinguo-anglophobe envers ceux qui habitent au Québec… » Donc, que je respecte seulement les gens qui me respectent – lire : nous respectent.

Et je ne répéterai pas tous les arguments du chroniqueur. Mais ça fait vraiment beaucoup de bien à lire, surtout que je cogne sur ce clou-là — le problème de l’unilinguisme anglophone au Québec — depuis assez longtemps.

Ils ont la liberté de ne pas apprendre le français, mais collectivement nous avons la liberté de leur faciliter la vie ou non. Il semble que la tendance est beaucoup en leur faveur et j’espère que plus de personnalités comme Richard Martineau ne se gêneront pas pour dénoncer notre aplat-ventrisme et notre je-m’en-foutisme.

55 Responses to “Richard Martineau, Louise Harel et l’anglais”


  1. 1 David Gendron septembre 23, 2009 à 17:05

    Ceci dit, j’estime que Louise Harel aurait dû apprendre l’anglais!

  2. 2 Mistral septembre 23, 2009 à 18:11

    Allons donc. Pourquoi pas supprimer CTV tant qu’à y être. Des vieux anglos unilingues ascendant bloke à Montréal, il n’en reste guère, mais y a toujours un moyen tas d’anglophones qui votent, assez pour qu’un candidat à la Mairie s’en soucie. On peut gagner ses élections municipales à Trois-Rivières ou à Québec sans pouvoir débattre en anglais, mais on peut pas à Sherbrooke et encore moins à Montréal.

    Harel peut même pas prononcer Montréal en français comme du monde. Moréal. Moréalais, Moréalaises. Quatre ans de ça, j’en dégueule déjà. Dommage que son principal adversaire soit un jovialiste crosseur, je ne sais pas pour qui voter, si seulement tu pouvais te présenter, Maître Renart…

  3. 3 Charlotte Russe septembre 23, 2009 à 19:37

    André Moreau se présente ? Mouhahaha Non sérieux… j’sais pas, je tiens pour dit que Martineau change d’opinion quand ça lui chante et on peut être d’accord avec ce qu’il dit présentement, mais il dira le contraire demain. Ça ne m’émeut pas son commentaire. Pour ma part, je partage néanmoins cette opinion avec un certain bémol. Elle aurait tout avantage à être bilingue question pratique, mais il est vrai que l’on fait trop souvent l’effort d’accommoder les anglophones et il en manque à ces derniers. D’une certaine manière.

  4. 4 Mistral septembre 23, 2009 à 19:56

    Héhé. Nice, votre point de vue nuancé.

    J’en ferai pas toute une pizza, de cette affaire-là, surtout que je suis fort perplexe: CTV est un réseau anglo, qui se propose d’organiser et diffuser un débat électoral à l’intention de son auditoire anglo, en anglais bien évidemment, sinon what’s the point, you know?

    Louise Harel doit parfois regretter les fusions municipales, héhé.

  5. 5 Safwan septembre 23, 2009 à 20:04

    «Il semble que la tendance est beaucoup en leur faveur et j’espère que plus de personnalités comme Richard Martineau ne se gêneront pas pour dénoncer notre à plat ventrisme et notre je-m’en-foutisme.» De la même façon, impossible de se trouver un boulot où il y a interaction avec le public sur l’Île et même en banlieue sans maîtriser l’anglais (à la limite, être mairesse convient presque à cette description…lol). Pourtant, on massacre le français dans beaucoup trop de commerces. Mais ça, «c’est pas grave». Grrr! Il est devenu difficile d’affirmer que la langue anglaise prend trop de place sans être associé à des souverainistes fous furieux sympathisants du FLQ. C’est non seulement déplorable mais, surtout, alarmant et dangereux pour la pérennité de notre culture française. Le Québec n’a d’autre choix que celui d’assurer, seul, la survivance de la langue française en Amérique. Trop de gens l’oublient.

  6. 6 Charlotte Russe septembre 23, 2009 à 20:11

    Ahhhh, moi je regrette juste de ne pas être emballée par cette course. Il y a sûrement une raison. Tous ces candidats opposés ne me plaisent pas et Gérald Tremblay me laisse indifférente depuis des lustres. À suivre…..

  7. 7 Mistral septembre 23, 2009 à 20:24

    Pourquoi? Pourquoi assurer la survivance de la langue française en Amérique, et pourquoi le Québec n’a-t-il pas d’autre choix?

    Pour ma part, écrire en français est un choix en effet, à la fois personnel et politique: écrire est mon métier et je ne le fais pas plus mal en anglais, il s’agit donc d’une authentique option constamment renouvelée, essentiellement parce que je me sens le devoir d’honorer la culture de dix générations de mes ancêtres, et de transmettre notre langue à mon fils, mais cela est absolument, totalement, férocement égoïste et, je le réitère, personnel. La langue que parlera le Québec dans deux cents ans, je préférerais bien entendu qu’elle soit la même que celle dans laquelle je rédige mon oeuvre, au cas où quelques Québécois de l’avenir seraient tentés de me lire, mais sinon, mais autrement, de quelle nature au juste est cette obligation?

  8. 8 Charlotte Russe septembre 23, 2009 à 20:43

    «mais autrement, de quelle nature au juste est cette obligation?»

    C’est la fierté. L’égoïsme de quelques-uns. Le bel égoïsme d’un peuple. Aussi, je suis d’avis que c’est triste de voir que cette fierté n’est pas partagée avec autant de passion par tous les francophones. Cependant, il est vrai que c’est un choix ! Dans 200 ans… le français aura évolué pour le meilleur et pour le pire. Ce sera autre chose. Je tiens mon bout (comme Mistral) et préfère écrire dans la langue de Molière pour des raisons personnelles (et esthétiques), et j’enrage contre le système d’éducation qui ne met rien en place pour favoriser l’apprentissage adéquate de notre belle langue. Elle est incroyablement déficiente quand je vois mes ados écrire… par exemple. On ne peut cependant pas forcer quiconque. J’aimerais seulement que cette langue ne devienne pas une poutine. La tour de Babel n’est pas loin parfois…

  9. 9 Mistral septembre 23, 2009 à 20:51

    Pas sûr qu’on ne puisse forcer quiconque. Après tout, j’ai été forcé avant de pouvoir choisir. Comme pour le baptême. La loi 101 et ses corollaires sont aussi des contraintes, à grande échelle, et la langue maternelle est la plusse pire de toutes, paske c’est maman qui nous dresse à l’employer…

    Je suis pour la strap.

  10. 10 Charlotte Russe septembre 23, 2009 à 20:56

    Hahaha… on repassera pour la strap ! Les ados, mes collègues de boulot avec qui j’échange souvent sur cette question connaissent mon opinion féroce. Je suis POUR une langue française de qualité avec toutes ses exceptions et ses règles parfois désuètes. C’est la transmission de cette passion qui devient intéressante, mais il est difficile de convaincre par des arguments politiques-nationalistes.

  11. 11 Mistral septembre 23, 2009 à 21:05

    Right. Ici, anyway. Pol-Pot était assez convaincant au Cambodge avec des arguments politiques-nationalistes, mais harmonisés avec l’usage judicieux de la strap.

  12. 12 Charlotte Russe septembre 23, 2009 à 21:15

    Ou un charisme d’Obama et une passion d’Antonine…
    On en était à Tremblay et Harel, hein ? 😉

  13. 13 Philou septembre 23, 2009 à 21:17

    Commentaire sur le sujet, sur La Commune.
    La langue de la cheuffe!?

  14. 14 Charlotte Russe septembre 23, 2009 à 21:17

    Tant qu’à jaser d’harmonie….

  15. 15 Tym Machine septembre 23, 2009 à 23:15

    C’est peut-être bien, mais si un(e) candidat refuse de leur parler, il ou elle fait une croix sur 10-11% de l’électorat en partant.

    Et dites-vous qu’une population frustrée vote quand on lui en donne la chance, parlez-en aux noirs aux USA qui ont voté à 95% et plus pour Barrack Obama. Parlez-en à ces mêmes anglos qui ont rejetté la souveraineté-partenariat à 99% (malgré la promesse d’un partenariat, souvenons-nous).

    Bien plus unanime qu’une population mi-figue, mi-raisin convaincu de ses « buts » et « objectifs » qu’en demies-mesures.

  16. 16 Mistral septembre 23, 2009 à 23:36

    Bien d’accord. Fort pourcentage de l’électorat, mais aussi tout simplement fort pourcentage de citoyens: une fois passées les élections, l’élu doit être le Maire de tous. Une Mairesse incapable de s’adresser minimalement aux micros de Global, CTV et CBC, ainsi qu’aux reporters de la Gazette, pendant quatre ans, intensifiera des tensions bi-solitaires dont on n’a crissement pas besoin.

  17. 17 ND septembre 24, 2009 à 7:47

    Euh… Moi, j’suis en Outaouais québécois. Pas certaine qu’un débat télévisé en anglais pour les candidats de Gatineau, ça ferait jaser. J’entends déjà pas mal de monde dire « si les anglos sont pas contents, qu’ils traversent la rivière ».

    Le maire d’Ottawa n’a pas fait de débat en français pour ses élections, à ce que je sache. Je ne suis même pas certaine d’avoir déjà entendu le maire de Gatineau parler anglais… et on est voisin d’Ottawa, là! C’est pas mal plus facile d’être unilingue ici qu’à Montréal… Non, mais c’est vrai, pour rester unilingue à Montréal, faut sûrement faire pas mal d’efforts!

    Pourtant, y’a pas mal plus de francophones à Ottawa que d’anglophones à Montréal. Et on entend pas mal plus d’anglais dans les rues de Gatineau que dans les rues de Montréal.

    Je ne sais pas si on a vraiment besoin de parler un anglais impeccable pour représenter des anglophones. Une grande proportion des Montréalais vivent sous le seuil de la pauvreté. Est-ce qu’on doit avoir vécu sous le seuil de la pauvreté pour bien les représenter? Même chose pour la proportion d’immigrants – doit-on avoir émigré dans sa vie pour comprendre et bien représenter les citoyens? Dans ce cas, on veut un candidat qui est à la fois une femme et un homme, pour bien représenter ET les femmes ET les hommes, qui est à la fois québécois « de souche », Autochtone et immigrant pour représenter la diversité culturelle de la ville, père/mère de famille unie ET monoparentale sans enfant… Maudit que vous êtes compliqués, à Montréal!

    CTV organise un débat télévisé en anglais pour la course à la mairie… Quand j’ai entendu ça à la radio, je me suis dit « c’est une joke? On ne fait même pas ça dans les villes officiellement bilingues! »

    C’est quand même gentil de la part du réseau de télé d’offrir cette visibilité pour une partie de l’électorat. Mais avoir été encore plus gentil, le réseau aurait pu aussi offrir de faire le débat en français et d’offrir des sous-titres ou de la traduction simultanée. Ou encore mieux, enregistrer le débat, puis le traduire et le diffuser plus tard.

    Quand même…

  18. 18 Mistral septembre 24, 2009 à 8:02

    Kestu racontes, calvaire? Y a un million d’anglo-Québécois pis sont quasiment tous à Montréal.

    Oui, avoir été pauvre avant de ne plus l’être aide sacrément à représenter les moins nantis, parler anglais aide sacrément à parler aux Anglais, ce qui inclut la majorité des immigrants, et quant à la distinction que vous faites entre hommes et femmes, elle est d’un grotesque suranné.

    Gatineau, baptême! Ça s’appelait même pas comme ça avant Harel! Pis à part de ça venez donc en ville une fois de temps en temps, ça déniaise, sacraman. Moé, lire «Maudit que vous êtes compliqués, à Montréal!», ça m’inspire pas de sympathie pour les colons. Parlez-en donc à Dumont, les studios de l’ex-Télévision Quatre-Saisons sont pas loin.

  19. 19 Nicole septembre 24, 2009 à 8:37

    Personnellement, je sens auprès des francophones toujours cette crainte voire cette soumission qu’ils croient avoir à l’égard des anglophones. Tout est une question de perception et malheureusement comme toujours les francophones, Québécois ont cette maudite tendance à toujours voir qu’ils doivent concilier, servir et se soumettre aux conditions des autres autant des immigrants que des anglophones de cette province.

    Pourquoi ne pas voir l’avantage que les francophones bilingues ont sur les anglophones? Au lieu de s’imaginer que l’on facilite la vie des anglophones en posant certains gestes, dont par exemple un débat en anglais, on pourrait se dire, que l’on est avantager de pouvoir s’exprimer dans deux langues et que nous avons ainsi plus de connaissance que ces derniers qui se bornent à ne parler qu’une seule langue.

    Je m’en fous comme dans l’an quarante moi que les anglo ne parlent qu’anglais, c’est bien leur problème pas le mien. Et j’en ai rien à cirer de les forcer à parler français, c’est à eux et leur gros bon sens de faire le choix de parler la langue qu’ils désirent.

    Toutefois, je suis désolée, mais le Québec quoique l’on dise est une province bilingue, que ça plaise ou non, le Canada a été fondé ainsi par deux peuples aux cultures distinctes. La culture francophone n’est pas plus spéciale que la culture anglophone et ça sert à rien de revenir sur des guerres d’il y a plusieurs centaines d’années voire même d’il y a quelques années. Le passé est passé, faisons avec ce que nous avons, faisons du mieux que nous pouvons pour construire une province meilleure, pour l’instant, puisque le pays semble un projet encore trop délicat.

    Et oui Louise Harel devrait bien parler anglais. Qu’elle ait un accent importe peu mais que les phrases aient de l’allure c’est ce qui importe. Vous saurez une chose, les anglophones du monde ont beaucoup moins tendance à critiquer les gens qui parlent leur langue disons avec des erreurs et des accents. Ils en sont peut-être habitués et n’en font pas tout un plat. Alors que les francophones ont davantage cette manie de critiquer quiconque tente de parler français.

    Pour parler trois langues comme je le fais, je vous assure j’adore le français, je crois même que je pense en français, mais j’en suis pas certaine, bref, c’est une langue très difficile à apprendre pour des immigrants et fort probablement pour des personnes qui n’ont pas une certaine aptitude à apprendre facilement.

    C’est une langue au multiple sonorités, tous ces «aux», «eau», «ot», et «o»… et ça c’est vraiment rien! Et puis disons la vérité, allé ne nous mentons pas, les francophones eux-même ont parfois du mal à parler et écrire leur propre langue correctement. Avant de critiquer les autres critiquons ceux qui devraient utiliser cette langue de manière impeccable!

    Peut-être est-ce par ce que je suis allophone que ma réflexion est différente et que lorsque je m’adresse à un francophone, je lui parle en français et s’il est anglophone uniquement je lui parle en anglais et ça ne me cause aucun problème parce que je me dis :«Pauvre lui, il ne connaît que sa seule langue pour s’exprimer!» Je crois qu’il faut être fière de connaître plus d’une langue c’est un atout majeur dans un monde tel que le nôtre. Il est certain que lorsque je m’adresse aux gens d’ici je parle avant tout français. Et même si c’est un anglophone, si je vois qu’il comprend le français je continue en français, par choix personnel. Je suis en faveur que le français soit préserver, mais je crois qu’il y a certains combats qui ne mèneront nul part, il faut savoir choisir ses batailles et les bonnes pour faire avancer les choses.

    Désolée pour ce roman, mais j’avais visiblement besoin de m’exprimer ce matin!

  20. 20 ND septembre 24, 2009 à 8:39

    Ok, j’suis convaincue. Je dois vraiment être « colon », comme vous dites, parce que je ne vois pas en quoi trouver la situation de Montréal « compliquée » fait des Gatinois des colons… Les épais des régions en région, pis les snobs des grandes villes dans la métropole?

    Et, sûrement, il y a d’autres façons de communiquer avec les unilingues anglophones que par un débat télévisé?

  21. 21 Mistral septembre 24, 2009 à 8:52

    Oué. Le langage des signes ou le code secret de la clique du Plateau.

  22. 22 ND septembre 24, 2009 à 8:59

    … Ou juste de la documentation en anglais… quoiqu’on ne rejoint pas les analphabètes…

  23. 23 Accent Grave septembre 24, 2009 à 9:07

    Je suis pleinement d’accord avec votre billet.

    Si une ville Montréal (seule métropole nord-américaine) ne peut avoir un maire unilingue francophone, quelle autre métropole le pourrait?

    De toute façon, sachez qu’aucun anglophone et très peu d’allophones voteront pour Louise Harel, même si elle parlait 25 langues. Quiconque pouvant, de près ou de loin, être identifié au Québec, n’obtiendra de vote de la part de ces gens.

    Soyons réalistes, vaut mieux voter pour un maire faible, naïf et incompétent que pour une personne ne s’exprimant pas dans un anglais convenable.

    Accent Grave

  24. 24 Mistral septembre 24, 2009 à 9:09

    Si un analphabète peut se rendre au Sénat, je vois pas pourquoi des flyers rejoindraient pas des twits.

    Pis faut pas sous-estimer le pouvoir du porte-à-porte: à preuve, la campagne de Justin Trudeau, soutenu par Margaret, dans Parc-Ex.

  25. 25 ND septembre 24, 2009 à 9:24

    Exactement.

    Refuser le débat n’implique pas nécessairement faire une croix sur les gens à qui s’adresse le débat.

    Et je ne nie pas non plus que le bilinguisme est un énorme avantage pour tout le monde, en particulier pour ceux qui dont la fonction principale est la communication. C’est même très payant.

    Ici, il y a des tensions entre les anglos et les francos, mais si un franco avoue préférer regarder ses films américains traduits en français parce qu’il comprend mieux comme ça, il s’expose à toutes sortes de commentaires déplaisants de la part de ses copains « plus » bilingues que lui.

  26. 26 Nicole septembre 24, 2009 à 9:41

    Ça je trouve que c’est une connerie quand les gens agissent ainsi en faisant des commentaires sur la langue de visionnement d’un film. Ils devraient tous fermer leur grande trappe parce que la plupart des films étrangers sont diffusés soit en français ou en anglais. Il faudrait alors comprendre le coréen, le japonais, l’italien l’allemand pour apprécier plusieurs films à leur juste valeur. Et pourtant on les écoute doublé!!!

    Personnellement, j’aime regarder les films américains en version original. Mais je vais vous dire franchement ça dépend du jour de la semaine et du mois et du genre de film que j’ai le goût de voir. Si c’est un drame de 2:30 sans action juste du blablabla… je risque davantage de le regarder en français, si je veux comprendre vraiment bien toute les finesses. Et même en français parfois j’en perds des bouts!

    Les gens ont du temps à perdre pour critiquer ce que les autres font ou ne font pas! Il y a des choses bien plus graves que le choix de la langue de visionnement d’un film!

  27. 27 renartleveille septembre 24, 2009 à 11:37

    Ce n’est pas dans mon habitude de ne pas participer aux discussions qui se passent chez moi, mais cette fois-ci, je ne m’en sens pas trop la force, puisqu’au départ je ne suis plus un Montréalais.

    Par contre, trouver dans les lacunes en anglais de Louise Harel la raison principale pour ne pas voter pour elle me semble totalement ridicule.

    On parle de tensions entre les anglos et les francos, alors demandons-nous dans le cas qui nous concerne qui joue la carte de la susceptibilité.

    Concernant les médias anglophones, depuis quand c’est une catastrophe d’avoir à sous-titrer?

    Et, officiellement, le Québec et Montréal ne sont pas bilingues. On ne va pas mettre la charrue devant les boeufs…

  28. 28 Nicole septembre 24, 2009 à 12:38

    Renart,

    je ne sais pas lequel prévaut l’un sur l’autre, mais je suis désolée tant que le Québec restera une province canadienne, les deux langues officielles sont l’anglais et le français.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_sur_les_langues_officielles_%28Canada%29

    Maintenant que le Québec ait opté pour une langue officielle dans différents secteurs d’activité cela ne signifie pas pour autant que l’anglais est exclu à l’usage. Cela signifie que ces secteurs d’activité sont dans l’obligation d’utiliser le français comme langue d’usage.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_sur_la_langue_officielle_%28Qu%C3%A9bec%29

    Donc on peut jouer avec les mots tant qu’on veut, le Québec a le droit de préserver sa langue, je suis tout à fait d’accord, mais ça ne signifie pas pour autant de nier l’existence d’une 2e langue.

    Je ne vois pas pourquoi on n’accuse pas certains francophones dit de souche de ne connaître que leur langue et on le fait avec les anglais, qui disons le, ceux qui sont bornés généralement sont des personnes de 50 ans et plus, pas de chance! Les jeunes de nos jours n’ont pas cette attitude anglophone entêtée. Et puis il y a au Québec des anglophones qui sont ici depuis aussi longtemps que les francophones. Doit-on les obliger à quitter la province sous-prétexte qu’ils n’apprennent pas la langue «officielle» du Québec?

    Quand le Québec sera souverain, il pourra agir en dictateur comme bon lui semble mais pour l’instant je crois que les anglophones d’ici ont les mêmes droits que les francophones d’ici. Et si des politiciens doivent s’adresser à une nation qui à pour citoyens des gens qui ne parlent que français et des gens qui ne parlent que anglais, il va de soit que ces personnes doivent savoir s’exprimer dans les deux langues. Si ce sont des boomers bornés qui n’ont pas vu la nécessiter d’apprendre une 2e langue et bien qu’ils se prennent des traducteurs et tout le monde sera content!

    Je peux sembler être un peu emportée, désolée mais mes hormones de femme enceinte sont dans le tapis et je m’énerve trop rapidement, malheureusement! ;o)

  29. 29 Le Détracteur Constructif septembre 24, 2009 à 13:12

    « Par contre, trouver dans les lacunes en anglais de Louise Harel la raison principale pour ne pas voter pour elle me semble totalement ridicule. »

    En effet. Je ne voterais pas pour Louise Harel simplement sous prétexte qu’elle parle ma langue.

    Ce serait ridicule alors de ne pas voter pour elle sous le seul prétexte qu’elle ne parle pas anglais.

    J’espère que les gens verront au delà de cette seule donnée.

  30. 30 renartleveille septembre 24, 2009 à 14:05

    Nicole,

    ce que je lis, c’est un beau fantasme de fédéraliste…

    Le Détracteur,

    si ce que je lis ici est un peu le reflet de ce que les gens pensent en général, Louise Harel n’a pas beaucoup de chance de passer…

  31. 31 Nicole septembre 24, 2009 à 14:59

    Renart,

    ça doit être pour cette raison que j’ai voter pour le Bloc la dernière fois et que mon époux et moi appuyons Louise Harel dans sa campagne (soutient stratégique).

    Peut-être que les mots ne font pas le moine!

  32. 32 Safwan septembre 24, 2009 à 18:04

    @ Mistral:
    «Pourquoi assurer la survivance de la langue française en Amérique, et pourquoi le Québec n’a-t-il pas d’autre choix?»

    Parce que le Québec est le seul lieu purement francophone d’Amérique.

    Parce qu’une langue, c’est une culture. Parce qu’une culture, c’est tout un peuple. Parce que je ne veux pas que mon peuple meurt. Voilà pourquoi.

  33. 33 renartleveille septembre 24, 2009 à 22:35

    Nicole,

    je n’ai fait part que d’une impression.

  34. 34 David Corleone septembre 24, 2009 à 23:54

    Je me suis aussi surpris à être d’accord avec Rico-pas-phoney-baloney-Martineau pour la première fois depuis des lunes.

    Je me suis senti un peu sale d’ailleurs.

  35. 35 Mistral septembre 25, 2009 à 5:44

    Safwan…

    Le Québec n’est pas le seul lieu purement francophone d’Amérique, et quand bien même il le serait, ce n’est pas en soi une raison suffisante pour se donner une hernie. D’ailleurs, c’est en se repliant sur le lieu au lieu de la langue qu’on s’est aliénés tous nos frères, nos alliés naturels, notre parenté, notre diaspora éparpillée depuis Pokemouche jusqu’à Batoche, depuis Lowell jusqu’à Bâton-Rouge. Si l’on se représente seulement le million d’émigrants vers les filatures de Nouvelle-Angleterre au tournant du vingtième siècle et la descendance, maintenant assimilée, qu’ils ont engendrée, on est pris de vertige: nous serions dix, douze millions. Et les franco-manitobains, les Acadiens du Nouveau-Brunswick, les francos d’Ontario, les Métis, tous ceux-là qu’on a dégoûtés de s’investir dans la cause de l’indépendance parce qu’ils n’étaient pas Québécois, comme si le territoire primait sur la culture, comme si ce territoire retranché n’était pas un fantasme, une fiction, car enfin on a laissé le Conseil Privé à Londres nous en amputer du quart, ce territoire, d’un coup de ciseaux! On a perdu le Labrador dans, littéralement, le temps de crier ciseau, crisse!

    Une langue, ce n’est pas une culture, tant s’en faut et c’est tant mieux: je ne souhaite pas mijoter dans le même bouillon que la France, le Congo, le Togo, le Burkina Faso, Val d’Aoste ou Jersey ou Sainte-Rose-du Léger… Notre culture était certes un peu fruste mais aussi très distincte, organique, authentique: nous la jetons avec l’eau du bain, nous la flushons avec nos déjections, et nous nous en félicitons.

    Admettons que vous ayez raison et qu’une culture soit tout un peuple, le nôtre en l’occurence: sa culture peut fondre, sa structure s’effondrer, sa langue trépasser, mais le peuple ne meurt pas, le peuple humain, vivant, fait de viande et de sang, les générations succèdent aux générations, le monde continue de baiser et de s’énerver le poil des jambes et de proférer des âneries sans sauter une mesure, sa culture périt mais sa nature vit.

    Notre peuple, notre peuple… Il a intérêt à grouiller son gros cul au plus sacrant, notre peuple, s’il souhaite renverser la vapeur à la vingt-troisième heure: encore faudrait-il retrouver la locomotive de ce train-train qui déraille sans frein ni destin. Notre peuple, écoutez, je vais pas vous raconter d’histoires, vous dorer la pilule et vous bourrer le mou, je ne vais pas vous faire l’injure de feindre qu’on peut croire qu’il subsiste un espoir qu’on ne frappe pas un mur: il est foutu, notre peuple, comme entité culturelle aspirant à l’émancipation de la tutelle, il se disloque et s’atomise et s’infantilise et s’hypnotise et jamais sa frénésie suicidaire ne s’épuise, notre peuple se grise de sa propre bêtise, se complait dans la faillite de l’instruction et l’illusion qu’il est sans foi ni religion et il sacrifie ses garçons et voue ses filles à l’abandon de la rime et de la raison. Il se ment, notre peuple, il se dissimule le maladif mépris qu’il éprouve pour lui-même en se répétant qu’il est beau et brillant et libre et qu’il faut fuir la réflexion et courir vers ses émotions et qu’avec lui l’évolution atteint son point de perfection.

    On est foutus mais soyons clairs: on n’est pas seuls dans la galère, tout l’occident sombre en même temps, on coule en choeur et c’est dommage de ne rien sauver du naufrage mais sauver quoi dans quel dessein, on a mangé notre héritage et on a brûlé nos bagages.

  36. 37 Stéphane Ranger septembre 25, 2009 à 14:18

    Pas d’accord avec ce billet, ne serait-ce que sur un point: Richard Martineau n’apportera rien de bon à ce débat (qui est faux: Louise Harel doit apprendre l’anglais au plus sacrant, ce qu’elle aurait déjà dû faire depuis longtemps; on n’est pas en France, et encore!).

  37. 38 David Gendron septembre 25, 2009 à 14:39

    Stéphane, j’ai vraiment peur que ça cache une attitude raciste anglophobe chez Louise Harel. Une telle attitude est contre-productrice pour le mouvement séparatiste.

    Et en effet, elle aurait dû apprendre l’anglais depuis fort longtemps, chose que nous aurions certainement fait dans les mêmes circonstances!

  38. 39 Stéphane Ranger septembre 25, 2009 à 14:45

    David, je me fous complètement du mouvement séparatiste; je m’intéresse au savoir-vivre et à la compétence, dans toutes les nuances du spectre.

    Et j’adhère entièrement à ce que dit Mistral sur notre culture et notre peuple.

  39. 40 renartleveille septembre 25, 2009 à 14:59

    Stéphane Ranger,

    ça tombe bien que tu pointes le « savoir-vivre ».

    Parce que c’est exactement le point de mon billet, le savoir-vivre de nos concitoyens qui ne peuvent pas comprendre ce que je suis en train d’écrire…

  40. 41 David Gendron septembre 25, 2009 à 15:04

    @Stéphane Ranger

    « je m’intéresse au savoir-vivre et à la compétence »

    Je m’y intéresse aussi. Pas pour rien que nous l’aurions fait dans les mêmes circonstances.

    @Renart

    « le savoir-vivre de nos concitoyens qui ne peuvent pas comprendre ce que je suis en train d’écrire… »

    Primo, en quoi s’agit-il de « nos concitoyens »? Deuzio, pourquoi les anglophones unilingues n’auraient pas le droit de ne pas savoir vivre alors que Louise Harel en aurait le droit?

  41. 42 Stéphane Ranger septembre 25, 2009 à 15:13

    Je trouve que tu prends la question à l’envers, Renart. On s’en fout, qu’ils ne comprennent pas ce que tu écris! Sais-tu combien il y a d’immigrés «francophones», je veux dire: qui connaissent déjà au moins un peu le français comme langue seconde, ou tierce, qui ne peuvent pas comprendre ce que toi et moi écrivons? Un extra-gros paquet! Et c’est pas le coeur qui manque! Dans les classes de francisation, au centre d’aide collégial et à l’Institut de chimie et de pétrochimie où je travaille, un centre de formation professionnelle parmi tant d’autres, ça grouille et ça fourmille et ça veut! Va-t-on prétendre juger de qui veut et qui ne veut pas? Personnellement, le service à la clientèle, sur l’Île, je connais, et à part les étudiants U.S. à McGill et les évidents vieux râleurs, les anglos, ici, ils se font pas mal toujours un plaisir de faire leur possible en français.

    Le bon bout de la question, celle qui nous occupe – parce que l’autre bout, en fait, c’en est une autre, à laquelle je ne veux pas me mêler sauf pour dire ‘lower the hail goddammit’ – c’est: avant de te présenter à la Mairie de Montréal/Montreal, sache l’anglais ou débarrasse!

  42. 43 David Gendron septembre 25, 2009 à 15:17

    « Personnellement, le service à la clientèle, sur l’Île, je connais, et à part les étudiants U.S. à McGill et les évidents vieux râleurs, les anglos, ici, ils se font pas mal toujours un plaisir de faire leur possible en français. »

    Peu importe, ils ont certainement une attitude plus ouverte que Louise Harel!

  43. 44 Stéphane Ranger septembre 25, 2009 à 15:18

    Comment ça peu importe?
    Je te trouve nébuleux.

  44. 45 Stéphane Ranger septembre 25, 2009 à 15:31

    Bon, j’ai fait un tour sur ton blogue. On est pas mal dans la même équipe là-dessus.

  45. 46 renartleveille septembre 25, 2009 à 16:41

    Stéphane Ranger,

    à la limite, Louise Harel est assez secondaire, en ce qui me concerne.

    Mais si j’étais Montréalais, le fait qu’elle ne parle pas anglais ne m’empêcherait pas de voter pour elle et je ne vois pas pourquoi ça fait suer qui que ce soit. Les sous-titres existent.

    Je ne bougerai pas d’un poil sur ma position. Je veux que la langue française soit la langue commune au Québec.

  46. 47 Stéphane Ranger septembre 25, 2009 à 16:51

    Moi aussi. Mais… Il est où, donc, le problème? On tourne en rond.

  47. 48 Darwin septembre 25, 2009 à 18:49

    @ Renart

    «Mais si j’étais Montréalais, le fait qu’elle ne parle pas anglais ne m’empêcherait pas de voter pour elle»

    Bien d’accord : ce n’est vraiment pas pour cela que je ne voterai pas pour elle. Il y a tellement d’autres raisons !

  48. 49 Mistral septembre 27, 2009 à 7:17

    Ben, Danger, tout ce fil remonte au problème du débat télévisé projeté à CTV, auquel Harel doit renoncer. Par sous-titres, tu pensais à un genre de traduction simultanée? Si ça existe, l’oiseau rare capable de traduire et prononcer en même temps qu’il tape les sous-titres, il doit bosser aux Nations-Unies!

    En plus faudrait sticker un fil dans l’oreille de Louise Harel et attendre pour ses répliques qu’on lui traduise celles des autres.

    Moi, si elle parlait anglais, je voterais pour. Anglais seulement. Chaque fois que j’entends MORÉAL un spasme vif et foudroyant me contracte le scrotum, une sorte d’infarctus pochien le temps qu’un clin d’oeil prend, j’imagine que ça se compare au buzz des CCXX (

  49. 50 Stéphane Ranger septembre 30, 2009 à 21:42

    Heu, ce n’est pas moi qui a parlé de sous-titres…

  50. 51 renartleveille septembre 30, 2009 à 21:56

    Ben oui, je vois ça là, ça m’avait échappé, puisque ça ne s’adressait pas à moi…

    Donc, Mistral, quand je parlais de sous-titres, je ne pensais pas aux débat télévisé, mais bien au fait que les médias anglophones tiennent à ce que les politiciens d’ici s’expriment dans leur langue. Je ne crois pas que le tollé de contestation envers l’unilinguisme de Madame Harel soit seulement parce qu’elle ne voulait pas participer au débat télévisé. C’est visiblement une offense pour eux, comme pour toi quand elle dit « Moréal »… Ce n’est pas un droit que de se faire parler en anglais par ses politiciens au Québec, quand même!

    Quant à moi, il n’y a rien de l’objectivité là-dedans, soyons francs!

    Mais bon, nous ne sommes pas d’accord là-dessus, c’est pas plus grave…

  51. 52 Stéphane Ranger octobre 2, 2009 à 15:07

    @ Mistral:

    Moi j’aime quand même mieux une mairesse qui dit MORÉAL qu’un maire qui nous escroque de millions de dollars. Comment ça que Montréal n’a pas encore un système de compostage? Comment ça que… – La liste serait longue. La Ville est dégueulasse, c’est le free-for-all total, et pendant ce temps-là Tremblay fait des yeux doux aux journalistes pas-de-couilles et dans notre dos s’arrange avec des mafieux.


  1. 1 Twitted by renartleveille Rétrolien sur septembre 23, 2009 à 15:21
  2. 2 Twitted by FabricePompon Rétrolien sur septembre 23, 2009 à 15:23
  3. 3 Twitted by ToileBec Rétrolien sur septembre 23, 2009 à 15:31

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Nethique.info

Finaliste Grands Prix AJIQ catégorie Illustration éditoriale

Catégorie : Illustration éditoriale

Fier collaborateur de…

Infoman
Reflet de Société

Babillages (Twitter)

Erreur : veuillez vous assurer que le compte Twitter est public.

Un sous à la fois!

RSS Billets choisis de mon agrégateur (blogoliste dans la bannière)

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Archives

copyleft

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Catégories

Statistiques (depuis 01/01/2008)

  • 632 311 hits

RSS Art

  • Incidence
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/
  • Barack Obama + Hillary Clinton = Scarlett Johansson!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Oui, oui, je sais, quel drôle de titre… C’est que je suis tombé tantôt sur un billet de Benoit Descary qui pointe un nouveau service de recherche d’images similaires nommé GazoPa. Étant donné que je me suis déjà fait piquer une image, je me suis amusé à essayer les […]
  • Quelques images en passant…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Pour avoir la tête dans le cul, je l’ai quand même un peu. Je suis encore légèrement enrhumé (la petite a ramenée ça de la garderie), pas grippé de l’ah! (contrairement au blogueur qui tient Le Gros BS). J’avais trouvé cette photo naguère sur le blogue de Mazzaroth et […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Monsieur l’articide,
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la suite de mon billet précédent, on m’a pointé un texte d’un auteur qu’un certain Pierre Côté considère comme étant « Le plus grand auteur québécois de sa génération » (découvert via @patdion), soit Carl Bergeron. Chacun a droit à son opinion, mais de mon côté, je n’ai pas hésité […] […]

RSS Critiques

  • André Sauvé : un monde fou!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Hier soir, je suis allé voir le spectacle d’André Sauvé avec, je vous avoue, un préjugé défavorable, bien qu’à la base j’aime beaucoup cet humoriste. C’est que j’ai pas mal vu de ses sketches sur le web, à la télé et ses « chroniques » à 3600 secondes d’extase, et j’avais […] […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]
  • Mauvais Oeil
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ La poussière est retombée, on respire par le nez, je vais donc pouvoir revenir sur le cas Pascal-Pierre Fradette. Hier, mon sixième sens me disait qu’il fallait que je google son nom et je suis tombé sur son nouveau projet : Mauvais Oeil. Je me souvenais d’un de ses […]

RSS Culture

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]

RSS Humanisme

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Prix à la consommation : comme une odeur de prise d’otage
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Il y a de ces choses qu’on sait, mais quand on se les refait remettre en pleine face, elles puent. C’est ce qui m’est arrivé quand […]
  • Ce n’est pas la nature qu’il faut sauver, c’est nous!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Après tout ce bleu, étourdissant pour certains, sombre pour d’autres, en attendant le rouge noyé sous la pizza et la bière des déménagements, il serait bon de retourner à la réalité. Une de celles-là, c’est que les contaminants qui nous entourent diminuent « l’écart de poids à la naissance […] […]
  • Né pour un grand pain (les osties, c’est pas assez…)
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Vous êtes sûrement au courant que l’athéisme sort dans la rue prochainement : « une dizaine d’autobus de la STM arboreront une publicité commandée par l’Association Humaniste du Québec ». Si vous ne l’êtes pas, le message qu’on y verra : Dieu n’existe probablement pas. Alors, cessez de vous inquiéter [… […]

RSS Littérature

  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Ce que je n’ai pas encore pu dire au sujet de Nelly
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au figuré, je me mords les doigts presque au sang depuis mon petit billet d’humeur suite à la mort de Nelly Arcan. Attendre que la poussière retombe pour être certain de ne pas me précipiter stupidement dans le regret. Mais en même temps, comme le souligne bien justement Christian […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Un foutu beau débordement de singularité
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Ç’a été long, mais chose due, chose faite, je l’ai lu ton Vamp. Et je m’incline bien bas, mon cher Christian. Comme un chocolat pur cacao à 99%, je l’ai grignoté à petite dose ta brique, m’explosant les papilles, humant ton mistral a plein poumon, pour en épuiser ensuite […]
  • Le luxe du temps
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Bon, voilà, j’ai publié aujourd’hui mon dernier billet sur Blogosphère. Cette collaboration me grugeait du temps comme c’est pas possible! Je pouvais passer trois heures par jour à scruter mon agrégateur pour suivre ce qui se passait dans la blogosphère; et trois heures, c’est conservateur comme chiffre […]

RSS Musique

  • Pourquoi les gens sont gaga de la Lady?
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la fin de son billet « Le filon pop et les archétypes de certitude », Jean-Simon DesRochers pose une question qui attire une réponse de ma part : Et puisque je m’interroge sur la pop; quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi Lady Gaga fait un tel tabac? N’étant pas totalement idiot, […] […]
  • Blogue-notes
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au menu, quelques notices qui pourront sûrement vous intéresser. Premièrement, question de réagir virtuellement à la corruption en cours depuis trop longtemps, il est possible de s’inscrire au groupe Facebook « http://www.nonalacorruption.com/ » et aussi de signer la pétition en ligne. Commentaire […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Un pied dans le dubstep
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Même si je suis DJ, c’est très rare que je parle musique ici. C’est mon monde parallèle. Mais je vais déroger à cette habitude. C’est qu’hier je me suis rendu en compagnie d’un compagnon de travail au Piknik électronique pour entendre deux DJ d’Angleterre : Skream et Benga. Ils […] […]
  • Michael Jackson : le dernier repos? Pas de tout repos!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Il va sans dire que l’hommage à Michael Jackson a été le « premier événement culturel multiplateforme d’importance ». D’un autre côté, les réactions à cet événement ont été nombreuses et variées sur le web. Permettez-moi de vous présenter quelques morceaux choisis, et ce, seulement pour la journée d’hie […]

RSS Philosophie

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Un dinosaure dans la blogosphère
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Dans ce monde virtuel, malgré une veille assez large, malgré des alertes Google, malgré la technologie de notification des liens entrants, l’humain est toujours utile. C’est qu’à la suite de mon premier billet en lien avec le suicide de Nelly Arcan, quelqu’un est venu m’indiquer qu’un autre comment […]
  • Sur le nationalisme
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je regrette qu’il n’existe pas en français de mot pour désigner l’attachement que l’on peut ressentir pour le lieu où nous vivons notre enfance, entouré de gens qui nous aiment et qu’on aime — et pourvu que notre enfance ait été heureuse. Mais si vous retirez du nationalisme cet […] […]
  • Ne bouge surtout pas!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Je suis tombé sur cette photo la semaine dernière. Elle m’a troublé. Au-delà de la confiance aveugle, j’y vois une allégorie de notre condition sociétale. Les […]

%d blogueurs aiment cette page :