L’éthique au rang des tics

J’ai eu une discussion dernièrement avec Philippe David, le droitiste le plus sympathique que je connaisse (et, en passant, j’invite cordialement les autres droitistes capables de débattre sans trop se maquiller du dénigrement antigogauche primaire à se joindre à nous), au sujet du travail des enfants dans les pays du tiers-monde. Notre désaccord concerne surtout la primauté et la malléabilité de l’éthique. Moi je crois que l’éthique devrait primer : si le travail des enfants est inacceptable ici, il l’est tout autant pour ce qui est des enfants là-bas. Lui, de son côté, croit que c’est un moindre mal puisque ce serait seulement une étape vers une amélioration des conditions économiques de leur pays.

Incompatibilité manifeste, car en gros, mon analyse se porte vers le général, au contraire du particulier, sur un refus du statu quo, donc un remaniement total et titanesque de notre rapport au monde, tant au niveau sociétal qu’individuel : l’éthique comme grille d’analyse afin de modeler à notre image la mondialisation, au-delà de ces soi-disant avantages économiques, en majorité unilatéraux.

Je suis peut-être naïf, mais je ne crois pas qu’il est justifié de penser que les populations des pays pauvres ont à faire obligatoirement le même chemin de Damas que nous vers l’Illumination consommatoire. Nous ne sommes pas le modèle à suivre, et l’important réside à tirer les familles de l’extrême pauvreté, les entreprises n’étant que des outils pour arriver à cela. De plus, nous devrions tendre vers des vies modestes, par respect pour la vie, dans ce qu’elle a de plus magique. Et il n’y a rien de magique dans la mécanique économique, tout n’est que tentative de prédiction, et nous sommes loin de la mystique…

Justement, en parlant de prédiction, alors « que l’effondrement du marché de l’habitation a fait une hécatombe à Wall Street, John Paulson, gestionnaire d’un fonds spéculatif peu connu qui a flairé la débâcle deux ans plus tôt, en sort triomphant.

Ses fonds, qui affichaient une hausse de 15 milliards US en 2007 en raison d’un pari spectaculaire contre le marché du logement, lui ont permis d’empocher personnellement entre 3 et 4 milliards US — soit, paraît-il, le salaire annuel le plus élevé de l’histoire de Wall Street. »

Voilà un événement qui fait plaisir aux uns et déprime les autres, dont moi, qui trouve qu’une concentration de richesse de la sorte et aussi rapidement en une seule personne est indécente. La preuve, même le principal intéressé, que ce soit vrai ou faux, en son for intérieur, « a essayé d’être discret, expliquant qu’il répugne à célébrer tandis que la crise du logement cause tant de malheurs à d’autres. Il a dit à ses amis qu’il augmenterait ses dons de charité. En octobre, il a versé 15 millions de dollars au Center for Responsible Lending (Centre pour des prêts responsables) en vue de fournir de l’aide juridique aux familles frappées de forclusion. » On sent ici poindre un minimum d’éthique, effet de mode ou réelle gêne?

Je doute que l’on découvre un jour la réponse, mais 15 millions, ça reste quand même de la menue monnaie…

(Photo : omk1)

28 Responses to “L’éthique au rang des tics”


  1. 1 Sylvain février 2, 2008 à 15:30

    Pourquoi, comme dans certain sport, n’y aurait-il pas un plafond pour des salaires, ma foi, gigantesque?

  2. 2 renartleveille février 2, 2008 à 16:08

    Pour cela, il faudrait que tout le monde soit partie prenante de la société, de la planète, en fait. Quel gouvernement réussirait de nos jours à faire passer une loi comme ça? J’ai bien peur que le seul moyen de faire changer cet état de fait passe par l’écoeurement collectif, au lieu de la présente déification des hyper-riches.

  3. 3 lutopium février 2, 2008 à 16:08

    Excellent article, Maître Renart. D’accord avec toi à 100%.

    Je n’arrive pas à comprendre que les économistes ne prennent pas ces écarts en considération lorsqu’ils analysent le dysfontionnement du système… Comment un type peut-il faire un tel gain alors que des milliers d’êtres humains meurent de faim chaque jour?

    Cette planète court vers de graves problèmes si nous ne sommes pas capables de distribuer correctement ses richesses. Aucun problème à ce que des individus puissent avoir plus de succès que d’autres, ce sont les règles du jeu. Cependant, avant de créer de la richesse, il serait important de bien identifier comment on peut enrayer la pauvreté et la misère. Autrement, ça n’a aucun sens.

  4. 4 renartleveille février 2, 2008 à 16:23

    Lutopium,

    je crois que ce phénomène de la disproportion est trop nouveau pour qu’on puisse le considérer autrement que par la positive et la négative, au niveau moral. Il me semble que tout déséquilibre n’est pas bon, même pour l’économie, qui est un système tellement complexe.

    Que quelqu’un puisse faire tant de gain sur le dos d’un événement négatif (une crise) me fait penser à une maladie, un kyste encore bénin qui pourrait devenir malin si on ne le guérit pas.

  5. 5 lafelee février 2, 2008 à 20:20

    Monsieur Renart, totalement hors sujet… vous passez un peu aux nouvelles 3D. C’est un clin d’oeil amical ayant pour seul but de faire sourire.
    http://justeunpeufrustree.wordpress.com/2008/02/02/les-vraies-nouvelles-du-dimanche/

  6. 6 Manx février 2, 2008 à 23:33

    Paul Romer a sorti une phrase qui est restée profondément ancrée dans la pensée Miltonienne: « A crisis is a terrible thing to waste ». En effet, lorsqu’il y a crise, c’est la preuve qu’une partie d’un appareil ne fonctionne plus, et que celle-ci doit être remplacée. Mais habituellement, on réussit à faire de l’argent de façon légitime; EN TROUVANT DES SOLUTIONS, et non en allant s’acheter des stocks à Wall Street. Ça, c’est faire de l’argent sans mérite.

    Le reproche n’est pas à cet homme qui a fait cette fortune, mais à nous, qui permettons à ce que telle chose ne soit possible. Lui, il n’a fait qu’exploiter une faille stupide, et qui a coûté quelques milliards de dollars (seulement… -_-).

    Quant à mon opinion sur la création de richesse, elle est ici:
    http://uselessblog-manx.blogspot.com/2008/02/les-travailleurs-obtiennent-ils-ce-qui.html

    La création de richesse est un outil de progrès social. Créer de la richesse pour créer de la richesse ne sert strictement et fondamentalement à rien.

  7. 7 Eric Bondo février 3, 2008 à 5:16

    Quels sont ceux qui, salariés moyens à 40 000$ par année, qui ont donné 200$ à une oeuvre caritative durant leur année?

    C’est ce qu’il faudrait pour accoter notre monsieur ici à 3 milliards.

    D’autre part, juste avec l’impôt qu’il aurait payé ici (et il a dû en payer au USA), l’état aurait empoché au moins un milliard d’un coup. Ça libérerait les salles d’urgence.

    Encore une fois, tout est relatif. À mon humble avis, et je comprends qu’il peut différer de ce que j’ai pu penser à une lointaine époque, les riches n’ont ni à être démonisés, ni à être déifiés. Ils font ce qu’ils savent faire : s’enrichir. Et les moins riches voudraient être riches pour arrêter de se faire chier dans la vie.

    Si les moins riches laissent faire, s’ils continuent de payer, directement ou indirectement, pour les salaires de joueurs de hockey, de PDG de maisons de disques, de banquiers, tout en sachant qu’ils peuvent arrêter de donner librement leur argent à toutes ces personnes moyennant certains changements d’habitudes possiblement aussi plates qu’arrêter de fumer, si la masse continue d’engrosser le capital comme s’il n’y a pas de lendemain, alors tout va comme sur des roulettes. Les choses se passent telles qu’elles le devraient. Et il n’y a pas de lendemain, en effet.

    Pouvons nous arrêter la roue qui fait que les gens consomment pour se gratifier des efforts toujours plus grands qu’on leur demande afin de pouvoir continuer à maintenir ou augmenter leur niveau de gratification en fonction de l’augmentation de l’effort demandé et ainsi de suite?

    Il est encore possible, aujourd’hui, dans notre beau pays, de vivre de chasse, de pêche et de récoltes, sans internet, sans électricité si ce n’est que ce que fournit une petite éolienne, sans véhicule à moteur et sans chauffage électrique. Mais combien en ont envie?

    Je me demande ce que répondraient les gens si on leur laissait le choix entre vivre 100 ans dans les conditions ci-haut, ou profiter du confort pendant encore 20 ans et mourir ensuite, j’ai bien peur que la réponse de la majorité nous horrifierait.

    Pouvons nous éviter le pire? Je ne pense pas. Peut-on s’éviter le pire, individuellement? Oui, à condition de renoncer à la majorité des bons côtés du système. C’est une question de choix. Difficile, mais je suis sûr que ça demande moins d’effort que de fomenter une révolution mondiale.

  8. 8 André Bérard février 3, 2008 à 8:20

    Le vrai changement commence par celui qui s’opère en nous. Je connais trop de personnes qui réclament des changements au «système», mais qui échouent lamentablement lorsqu’ils doivent donner un coup de barre dans leur propre vie. Tout commence là. Nous parlons ici de nature humaine et d’un principe qui régit en fait l’univers : la loi du moindre effort. Tout ce qui existe et vit cherche des raccourcis pour tirer le maximum de son environnement en investissant le minimum d’effort. Autre principe incontournable de notre nature : la résistance au changement, découlant d’un sentiment de sécurité, parfois illusoire, mais préférable à l’angoisse que représente l’inconnu. Parce que nous sommes en mesure d’imaginer «un monde meilleur», nous croyons naïvement que nous pouvons y arriver facilement. La réalité est tout autre.

    Je me souviens d’un dicton entendu dans le film la liste de Schindler «Qui sauve une vie sauve le monde.» J’ajouterais «Qui se change lui-même change le monde»

    Faut pas lâcher, y a du boulot! 😉

  9. 9 renartleveille février 3, 2008 à 13:20

    Manx,

    en passant, quand j’ai écrit ce texte, je songeais à intégrer quelques considérations que tu soulèves dans le tien. Mais je ne voulais pas trop allonger mon texte, donc, ce n’est que partie remise. Je songe à m’en inspirer pour un autre billet.

    Eric,

    je comprends bien ta position sceptique. Comme je l’expliquais hier à un comparse au travail, un examen objectif de la réalité est nécessaire (« les riches n’ont ni à être démonisés, ni à être déifiés « ), mais qu’est-ce qu’il reste à la fin? Des valeurs. Et ça tombe que les miennes placent l’éthique et un humanisme désintéressé sur un piédestal. Peut-être que ces valeurs m’apparaissent plus importantes parce que je les regarde d’en bas. Mais il reste que je regarde de haut les gens comme John Paulson, comme toi tu sembles le faire devant ma prise de position condamnatrice à son endroit. « Tout est relatif », oui oui, je sais…

    Rappelle-toi le regroupement fictif « Rich Person With Ethic »… Cette idée m’émeut encore. Peut-être que je suis dans le champ, mais j’ose espérer que si je prône quelque chose comme l’éthique, il y a des chances que ça fasse boule de neige, même à petite échelle. Je pense au battement d’ailes du papillon…

    Pour te résumer ce que je pense de ta pensée par rapport à la mienne : tu t’éclates dans la métaphysique et c’est beau à lire, je m’accroche au contextuel même si ça peut sembler banal et laid.

    André,

    le problème avec le changement personnel, c’est que souvent il est conditionnel, pour certaines personnes, à ce que font les autres. C’est pour ça que les gens comme Schindler apparaissent comme des héros, ils font exceptions. Même risquer une simple prise de bec est un risque trop grand pour la très grande majorité des gens. Et on revient à ce qu’Eric écrivait plus haut : « Je me demande ce que répondraient les gens si on leur laissait le choix entre vivre 100 ans dans les conditions ci-haut, ou profiter du confort pendant encore 20 ans et mourir ensuite, j’ai bien peur que la réponse de la majorité nous horrifierait. »

  10. 10 André Bérard février 3, 2008 à 14:20

    @ Renart

    Dans mon métier de journaliste, je parle quotidiennement à des acteurs de l’actualité qui me disent «M. Bérard, il faut que ça change!» Quand je leur souligne que les leviers du changement sont entre leurs mains et qu’ils n’ont qu’à les actionner, ils se lancent alors dans des discours expliquant pourquoi ils ne peuvent pas le faire. C’est parfois d’un pathétique…

    Il est vrai qu’avant d’agir, la plupart d’entre nous cherchent une locomotive à laquelle s’accrocher. Une personne m’a déjà souligné qu’elle préférait «avoir tort en groupe que raison en solitaire.»

    (!!!)

  11. 11 Reblochon février 3, 2008 à 23:15

    Salaud ! Je croyais que c’etait moi le droitiste le plus sympathique que tu connaissais.

    Sinon pour le sujet; ca m’enerve qu’à moitié que des gens brillants empochent des sommes indecentes. Ce qui me tue, c’est quand un minable, un incapable, un incompetent est payé … meme au salaire minimum ! Alors quand en plus c’est un pdg d’une grande compagnie, qui a reussi par ses choix à la ruiner (ainsi que les employés et les actionnaires) et qu’en plus on le remercie avec des sommes pharamineuses lors de son depart, tout en sachant que ce debile va se retrouver une place la semaine qui suit dans un autre conseil d’adminsitration … ca, ca me degueule ! C’est injuste, c’est du vol, de l’escroquerie !

    Ce type dont tu parles, par son train de vie, par ses placements, par ses impots et ses dons, va surement faire tourner l’economie d’une facon ou d’une autre. Il y aura forcement un retour d’argent dans le circuit et d’autres personnes vont en profiter.

    Je suis plus inquiet des millards informatique, je veux dire par là cet argent fictif né de la speculation ou fabriqué par les banques, que celles-ci s’echangent sur les marchés, en risquant à tout moment de faire une gaffe et ruiner des millions de personnes. Ces millions que les banques inventent mais qui n’existent pas, le jour où il faudra les payer, on va bien rigoler. Un grand economiste avait denoncé cela il y a deja quelques annees, je ne pense pas que quoi que ce soit ait changé. Une belle bulle qui risque de faire un bruit enorme le jour où elle va exploser.

    Je me permets de ressortir ma phrase culte: monde de merde !

  12. 12 renartleveille février 3, 2008 à 23:59

    Reblochon,

    désolé mais pour moi tu es en premier un souverainiste (est-ce que t’aimes mieux séparatiste?). 😉

    Ma critique ne concerne pas tant l’homme que le système qui lui a permis son tour de passe-passe. L’argent fictif fait aussi parti du problème, je le sais bien.

  13. 13 folly février 4, 2008 à 9:49

    Bien d’accord avec toi Reanrt lorsque tu dis : « Moi je crois que l’éthique devrait primer : si le travail des enfants est inacceptable ici, il l’est tout autant pour ce qui est des enfants là-bas. »

    L’autre, droitiste est assez discutable : « croit que c’est un moindre mal puisque ce serait seulement une étape vers une amélioration des conditions économiques de leur pays. »

    C’est bien de discourir sur le sujet et d’intellectualiser un peu ce problème, mais il ne faut pas perdre de vue qu’on parle d’enfants. Un moindre mal? Je ne suis pas certain qu’il tiendrait le même discours si on lui avait enlever son enfance pour travailler comme un esclave. Bref, la fin justifie les moyens? L’économie est dictée par l’utilitarisme et bâtir une économie sur l’emploi enfantine est honteux!

  14. 14 renartleveille février 4, 2008 à 12:38

    Oui Folly, la mondialisation ne devrait pas seulement venir avec des avantages pour nous et les entreprises.

  15. 15 Philippe David février 4, 2008 à 14:33

    « Droitiste le plus sympatique » – J’avoue que j’aime bien ce titre… 🙂

    @ Folly : Le fait que je dise que le travail juvénile est un moindre mal n’est pas si sans coeur que tu pourrais le croire. Élever la situation économique de ces familles au point qu’il ne soit pas nécessaire pour ces enfants de travailler n’est pas une chose simple. Il n’y a pas de formule magique. Entre temps, ces enfants peuvent souffrir un sort bien pire que de travailler dans une usine de textile, car l’aternative est souvent la prostitution, la pornographie et le véritable esclavage (non-rémunéré). On peut en effet discuter ad nauseam sur le fait que le système est à blâmer, mais en réalité ces familles souffraient d’extrême pauvreté bien avant qu’on ne parle de mondialisation. À long terme, ce ne seront pas la charité, l’aide humanitaire, ou les voeux pieux qui les sortiront de la pauvreté. Seul le développement économique peut leur apporter une solution durable.

    Là-dessus je dois dire que j’ai été agréablement surpris du commentaire d’Éric Bondo. Surpris parce que je suis rarement d’accord avec lui. Il a effectivement raison. La surconsommation est une roue qui tourne, et la réalité est que bien peu d’entre nous voudraient retourner en arrière de façon sérieuse. Nous consommons parce que nous rêvons tous d’un petit quelque chose pour rendre notre vie plus confortable. Nous le faisons pratiquement depuis l’âge de pierre. C’est dans notre nature.

  16. 16 françois février 4, 2008 à 15:00

    À tous ceux qui « savent » ce qui est bien pour les autres peuples de la planète :
    Vous ne pensez pas qu’on devrait tenter de régler nos propres façons de faire pas toujours droites, comme la corruption étalée dans tout l’appareil étatique, avant de déterminer que ces façons de faire qu’on tente d’exporter de force son LA bonne affaire pour caser la vie des autres?

    Le développement économique à l’occidentale n’a jamais rien offert aux plus démunis des habitants des pays les plus démunis (…).
    L’unique focus des acteurs corporatistes impliqués dans de tels développements est l’extraction de ressources, quel qu’elles soient, pour le profit de leurs actionnaires.
    Point à la ligne.

  17. 17 folly février 5, 2008 à 9:08

    Philippe, premièrement bonjour(!), tu dis :
    « Entre temps, ces enfants peuvent souffrir un sort bien pire que de travailler dans une usine de textile, car l’aternative est souvent la prostitution, la pornographie et le véritable esclavage (non-rémunéré)»

    Tu exprimes bien l’argument économique et souvent libéral, mais l’économie n’est pas une formule magique pour régler tous les mots. Les économistes s’expriment sur à peu près tout les dossiers, on devrait un peu les stopper!

    Bien avant le développement économique, la communauté internationale doit chasser les pouvoirs corrompus. Pour s’y faire, il faut restaurer une justice sociale et des états pacifiés. Exprimer que le travail des jeunes est un moindre mal, cela équivaut à maintenir le statut quo et permet aux systèmes corrompus de continuer à exploiter.

    Pour revenir aux enfants, sachez qu’on exige d’eux la même somme de travail qu’un adulte, qu’ils sont souvent abusés, déposédés de leur corps et loin de leur famille. Aucune dignité humaine,,, Lequel est mieux, je n’en suis pas certain.

  18. 18 Philippe David février 5, 2008 à 11:23

    @ Folly,

    Bonjour!

    Tu dis:

    Bien avant le développement économique, la communauté internationale doit chasser les pouvoirs corrompus. Pour s’y faire, il faut restaurer une justice sociale et des états pacifiés. Exprimer que le travail des jeunes est un moindre mal, cela équivaut à maintenir le statut quo et permet aux systèmes corrompus de continuer à exploiter.

    Le développement économique n’est qu’un outil. Règle générale, une économie prospère engendre moins de pauvreté extrême, donc un moins grand besoin de puiser dans la population juvénile pour de la main d’oeuvre. Plus de 80% du travail juvénile est dans le secteur agricole. La croissance économique et le progrès technologique feront que ce secteur particulier aura de moins en moins besoin de main d’oeuvre. Donc moins d’enfants au travail. Une économie plus forte et une saine démocratie aident aussi aux états à combattre la corruption et l’exploitation.

    Pour revenir aux enfants, sachez qu’on exige d’eux la même somme de travail qu’un adulte, qu’ils sont souvent abusés, déposédés de leur corps et loin de leur famille. Aucune dignité humaine,,, Lequel est mieux, je n’en suis pas certain.

    Il n’y aura pas de situation idéale pour ces enfants, mais les pires traitements ne sont pas géméralement trouvés dans les usines. Là où les enfants sont le plus abusés, c’est dans le service domestique, la prostitution et la pornographie, où les enfants sont littéralement comme des esclaves.

    En fin de compte, ce n’est pas que j’approuve du travail juvénile. Au contraire. Cependant, je m’objecte aux méthodes que certaines personnes aux bonnes intentions utilisent pour règler le problème, parce qu’en fait ces méthodes ne règlent rien et poussent bien souvent des enfants du purgatoire vers l’enfer…

  19. 19 françois février 5, 2008 à 12:02

    Philippe,

    On ne va pas faire usiner des t-shirts dans une république de bananes parce que sa main d’oeuvre est meilleur qu’ailleurs pour faire des t-shirts.
    On y va car c’est un paradis fiscal pour entreprises aux valeurs un peu vagues. Et c’est cela qu’il faut attaquer : nos façons de faire, d’imposer, de presser le citron, d’exploiter jusqu’à la moelle, et non-moidrement, l’appropriation (souvent carrément du vol) de ressources naturelles.

    Avant l’Économie, il y avait des gens, des communautés.
    Il y avait du travail, aussi. Pas pour empiler des tonnes de cash, mais de subsistance, juste ce qu’il fallait pour que la communauté soit prospère.
    Encore une fois : Prospère.
    Et non pas : Domine le monde!

  20. 20 Philippe David février 5, 2008 à 13:09

    @ François:

    Tu dis:

    Avant l’Économie, il y avait des gens, des communautés.
    Il y avait du travail, aussi. Pas pour empiler des tonnes de cash, mais de subsistance, juste ce qu’il fallait pour que la communauté soit prospère.
    Encore une fois : Prospère.
    Et non pas : Domine le monde!

    Dis-moi, quand est-ce que le Bengladesh, le Pakistan, l’Afghanistan et tous les pays de l’Afrique sub-saharienne ont déjà été prospère?

    Par contre, si la mondialisation est si exploitatrice et néfaste, pourquoi des pays comme l’Inde, la Chine, Taiwan, et l’Indonésie n’ont jamais été si prospères?

    L’économie est l’économie. Elle n’est ni bonne, ni mauvaise. Elle carbure sur l’échange de biens et services depuis que le troc a été inventé. Il est bien sûr qu’il y a de l’exploitation, mais c’est l’exception plus que la norme. Au fur et à mesure qu’un pays deviens riche, l’exploitation et la corruption tendent à régresser. La plupart des libertariens comme moi applaudissent les progrès des pays émergeants. Leur progrès signifie une réduction réelle de la pauvreté à l’échelle mondiale, ce que des décennies d’aide étrangère n’ont pu réaliser. Ce n’est pas une course à la domination globale, c’est une course à la prospérité globale.

    À moins que tu préfère que les pays pauvres restent pauvres… L’économie de subsistance n’a jamais été synonyme de prospérité.

  21. 21 françois février 6, 2008 à 2:00

    Philippe,

    « Dis-moi, quand est-ce que le Bengladesh, le Pakistan, l’Afghanistan et tous les pays de l’Afrique sub-saharienne ont déjà été prospère? »

    Eh bien, si tu jettes un oeil aux nombreux livres d’histoire abordant ces nations, tu verras que, comme toutes les autres nations ayant foulé le sol de notre planète, celles-ci on constamment su amener du pain et du lait sur la table, au point où leurs populations n’ont cessé d’augmenter au fil des siècles. Le seul exemple de réel déclin qui me vienne en tête concerne les habitants de l’île de Paques – mais leur disparition n’avait rien à y voir avec l’absence de développement économique.

    Aujourd’hui, avec les riches bums de l’Occident qui instaurent leurs lois avec une facilité déconcertante dans les zones de la planète riches en ressources naturelles, les petites communautés (normalement, prospères) sont souvent carrément dépossédées de ce qui leur revient. Par exemple, les mines de diamants en Afrique, et particulièrement en RDC et ses pays voisins.
    Les DeBeers et autres bigshots du milieu sont arrivés là avec des cadeaux (des armes) pour ceux qui allaient faire leur sale boulot (exactions pour l’esclavage et campagnes de terreur pour soumettre ceux qui osent exiger une quelconque rétribution).

    Dis-moi comment le développement économique, tel que représenté par cet exemple …parmi tant d’autres, apporte un quelconque bienfait pour la majorité, voire la totalité des gens qui sont en fait les réels propriétaires de la dite ressource.

  22. 22 Philippe David février 6, 2008 à 13:27

    @ François

    On peut certainement faire un long procès du colonialisme européen et je n’essaierai pas de le défendre. Des exemples comme Debeers découlent surtout de cette période et sont décriés autant par les libertariens comme moi que par les gens de la gauche. DeBeers est un problème que le gouvernement Sud-Africain devra résoudre. Nous avons déjà des lois qui prohibent les cartels de ce genre, mais DeBeers est hors de notre jurisdiction. Par contre, jusqu’à l’époque coloniale, des ressources comme les diamants restaient inexploitées par les populations locales, pour qui elles n’avaient aucune valeur.

    Il est vrai aussi qu’avant cette époque les populations locales avaient leur train de vie primitif. Il est questionnable cependant si une vie passée à se briser le dos à tirer de la terre suffisament pour subsister, avec une espérance de vie de moins de 50 ans, est un grand signe de prospérité. Dans le cas de l’Afrique sub-saharienne, il n’y a jamais existé de civilisation florissante au même titre que celle des Mayas, ou des Incas, ou des Maharadjahs indiens. La vie y était généralement brutale et courte. La différence était que la civilisation occidentale était plus inventive et plus adepte à exploiter des ressources jusque là ignorées par les autres. Était-ce juste de se servir de ces ressources comme ils l’ont fait? Probablement pas. Pas plus juste que la conquête de la Gaule par César l’était pour les gaulois, ou les nombreux autres exemples qu’on peut citer de l’histoire. Mais il n’empêche que le niveau de vie des gaulois sous l’Empire Romain était de loin meilleur qu’il ne l’avait été avant la conquête. La civilisation romaine avait ses avantages, comme celle d’occident. Des pays colonisés, ceux qui ont commencé à utiliser le système à leur propre profit, commencent maintenant à rattraper. Les japonais ont depuis longtemps compris le message. Ils ont délaissé leur système féodal et sont maintenant un des pays les plus riche du monde. Des pays comme Taiwan, la Chine et l’Inde sont en voie de devenir à leur tour des puissances économiques.

    À mon sens, il ne sert plus à grand chose de blâmer les colonisateurs occidentaux. Ce qui est fait, est fait. La question qui s’impose pour les pays sous-développés est comment s’en sortir. Et si tu leur demande, tu sera peut-être surpris d’apprendre que la plupart d’entre eux veulent ce que nous avons. Ils veulent un niveau de vie comme le nôtre. D’autres pays ont repris le contrôle de leur ressources et font maintenant trailler le système pour eux. Leur plus grand obstacle est le plus souvent du protectionnisme de notre part. Je suis de ceux qui croient qu’ils méritent leur chance.

  23. 23 Eric Bondo février 6, 2008 à 17:09

    L’histoire de l’Afrique Sub Saharienne regorge de royaumes et d’histoires d’échanges commerciaux importants, de culture, d’art, de vêtements richements tissés.

    Si, comme c’était le cas dans la majorité des cultures Africaines, les aînés (c’est des gens de plus de 50 ans ça) avaient la charge d’éduquer les enfants pendant que les adultes allaient aux champs, à la chasse ou à la pêche, eh bien c’est qu’ils vivaient relativement plus vieux que ce qu’on leur reconnaît « post-colonisation ». D’ailleurs, à cette époque, 50 ans c’était l’espérance de vie des Européens. Facile après de bullshiter pour démontrer l’infériorité des peuples, argument justifiant de plus le vol de leur ressources sans trop de culpabilité.

    Jusqu’au 17ìeme siècle, les communautés d’Afrique noire, hormis leur rites particuliers, vivaient dans l’abondance. Anyways, comment pourrait on nier l’abondance de l’Afrique alors qu’on la pille à blanc depuis 500 ans? Si on a pu autant sucer le jus pendant aussi longtemps, les autochtones en avaient sûrement pour leur argent avant.

    Mais où enseigne t’on la vraie histoire de l’Afrique, si ce n’est que, comme ils l’ont toujours fait, par la tradition orale, devenue secrète après les exactions de la colonisation.

    On a fait des Africains ce qu’on a fait des Amérindiens. Mis au pas, comme des bêtes. Et on maintient ces gens dans les plus bas niveaux de la pyramide, mâtant toute forme d’émancipation en appuyant des dictateurs et des élections truquées, en vendant des armes aux diverses factions et ethnies qu’on avait placées dans le même pays sans leur consentement, et j’en passe.

    Pour la déculpabilisation, « nice tentative », qu’y diraient. C’est bon du chocolat, Diamonds are forever.

  24. 24 françois février 6, 2008 à 17:27

    « DeBeers est un problème que le gouvernement Sud-Africain devra résoudre. Nous avons déjà des lois qui prohibent les cartels de ce genre (…) »

    Aille! Le genre de loi qui permet l’existance du cartel bancaire?
    Car, c’est ça, notre système bancaire, un cartel. Cartel grâce auquel nous payons tous des impôts aujourd’hui.

    Et puis, quand tu dis que les occidentaux sont plus inventifs, moi, je rayerais ce qulificatif pour le remplacer par RAPACES.
    Ça résume bien la pensée et surtout, les actions du joyeux libéral-capitaliste.

  25. 25 françois février 6, 2008 à 17:44

    S’cusez; un ajout oublié :

    « À mon sens, il ne sert plus à grand chose de blâmer les colonisateurs occidentaux. Ce qui est fait, est fait. La question qui s’impose pour les pays sous-développés est comment s’en sortir. »

    Quel blâme?? Comme si nous étions collectivement accablés depuis des décennies par … quoi au juste? Jamais aucun pays colonisateur n’a pris un quelconque blâme officiel pour les calomnies qu’ils ont causées! Et, ne me parlez pas de la Paix des Braves et autres trucs du genre qui ne sert qu’à acheter du capital politique et/ou stratégique (ressources naturelles).

    Prenons le temps d’analyser la réelle efficacité et les réels impacts de nos us, économiques ou autres, avant de les imposer à d’autres.
    Je comprends que ça peut être difficile pour un libertarien d’arrêter deux secondes de se prendre pour Dieu. Mais, vous êtes des « vite », d’habitude…

  26. 26 dialethik février 18, 2008 à 8:55

    Vos arguments sont pertinents, car ils démontrent effectivement le manque d’éthique dans les sociétés actuelles. Malheureusement, la nature même du capitalisme l’accumulation de capital qui engendre une accumulation de pouvoir etc, rend la constitution d’une éthique plus que délicate. C’est au public qu’appartient la volonté de l’exiger afin qu’elle soit effective, mais pour cela, il est important qu’elle atteigne un certain niveau de maturité. Et l’espace temps d’une société n’est pas la même que celui d’un individu.

  27. 27 renartleveille février 18, 2008 à 11:05

    D’où le questionnement à savoir qui est à la remorque de qui. Les individus ou l’État?

  28. 28 dialethik février 18, 2008 à 13:21

    A la remorque, je ne le sais pas. Mais il est très rare dans la nature humaine que celui qui dispose du pouvoir accepte de le remettre en question et de le partager de lui même. C’est à celui qui désire être reconnu de se faire entendre. Comme le dit William James: »la communauté stagne sans l’impulsion de l’individu, l’impulsion s’éteint sans le soutien de la communauté.
    http://www.dialethik.com


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Nethique.info

Finaliste Grands Prix AJIQ catégorie Illustration éditoriale

Catégorie : Illustration éditoriale

Fier collaborateur de…

Infoman
Reflet de Société

Babillages (Twitter)

Erreur : veuillez vous assurer que le compte Twitter est public.

Un sous à la fois!

RSS Billets choisis de mon agrégateur (blogoliste dans la bannière)

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Archives

copyleft

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Catégories

Statistiques (depuis 01/01/2008)

  • 632 362 hits

RSS Art

  • Incidence
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/
  • Barack Obama + Hillary Clinton = Scarlett Johansson!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Oui, oui, je sais, quel drôle de titre… C’est que je suis tombé tantôt sur un billet de Benoit Descary qui pointe un nouveau service de recherche d’images similaires nommé GazoPa. Étant donné que je me suis déjà fait piquer une image, je me suis amusé à essayer les […]
  • Quelques images en passant…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Pour avoir la tête dans le cul, je l’ai quand même un peu. Je suis encore légèrement enrhumé (la petite a ramenée ça de la garderie), pas grippé de l’ah! (contrairement au blogueur qui tient Le Gros BS). J’avais trouvé cette photo naguère sur le blogue de Mazzaroth et […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Monsieur l’articide,
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la suite de mon billet précédent, on m’a pointé un texte d’un auteur qu’un certain Pierre Côté considère comme étant « Le plus grand auteur québécois de sa génération » (découvert via @patdion), soit Carl Bergeron. Chacun a droit à son opinion, mais de mon côté, je n’ai pas hésité […] […]

RSS Critiques

  • André Sauvé : un monde fou!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Hier soir, je suis allé voir le spectacle d’André Sauvé avec, je vous avoue, un préjugé défavorable, bien qu’à la base j’aime beaucoup cet humoriste. C’est que j’ai pas mal vu de ses sketches sur le web, à la télé et ses « chroniques » à 3600 secondes d’extase, et j’avais […] […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]
  • Mauvais Oeil
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ La poussière est retombée, on respire par le nez, je vais donc pouvoir revenir sur le cas Pascal-Pierre Fradette. Hier, mon sixième sens me disait qu’il fallait que je google son nom et je suis tombé sur son nouveau projet : Mauvais Oeil. Je me souvenais d’un de ses […]

RSS Culture

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]

RSS Humanisme

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Prix à la consommation : comme une odeur de prise d’otage
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Il y a de ces choses qu’on sait, mais quand on se les refait remettre en pleine face, elles puent. C’est ce qui m’est arrivé quand […]
  • Ce n’est pas la nature qu’il faut sauver, c’est nous!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Après tout ce bleu, étourdissant pour certains, sombre pour d’autres, en attendant le rouge noyé sous la pizza et la bière des déménagements, il serait bon de retourner à la réalité. Une de celles-là, c’est que les contaminants qui nous entourent diminuent « l’écart de poids à la naissance […] […]
  • Né pour un grand pain (les osties, c’est pas assez…)
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Vous êtes sûrement au courant que l’athéisme sort dans la rue prochainement : « une dizaine d’autobus de la STM arboreront une publicité commandée par l’Association Humaniste du Québec ». Si vous ne l’êtes pas, le message qu’on y verra : Dieu n’existe probablement pas. Alors, cessez de vous inquiéter [… […]

RSS Littérature

  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Ce que je n’ai pas encore pu dire au sujet de Nelly
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au figuré, je me mords les doigts presque au sang depuis mon petit billet d’humeur suite à la mort de Nelly Arcan. Attendre que la poussière retombe pour être certain de ne pas me précipiter stupidement dans le regret. Mais en même temps, comme le souligne bien justement Christian […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Un foutu beau débordement de singularité
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Ç’a été long, mais chose due, chose faite, je l’ai lu ton Vamp. Et je m’incline bien bas, mon cher Christian. Comme un chocolat pur cacao à 99%, je l’ai grignoté à petite dose ta brique, m’explosant les papilles, humant ton mistral a plein poumon, pour en épuiser ensuite […]
  • Le luxe du temps
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Bon, voilà, j’ai publié aujourd’hui mon dernier billet sur Blogosphère. Cette collaboration me grugeait du temps comme c’est pas possible! Je pouvais passer trois heures par jour à scruter mon agrégateur pour suivre ce qui se passait dans la blogosphère; et trois heures, c’est conservateur comme chiffre […]

RSS Musique

  • Pourquoi les gens sont gaga de la Lady?
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la fin de son billet « Le filon pop et les archétypes de certitude », Jean-Simon DesRochers pose une question qui attire une réponse de ma part : Et puisque je m’interroge sur la pop; quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi Lady Gaga fait un tel tabac? N’étant pas totalement idiot, […] […]
  • Blogue-notes
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au menu, quelques notices qui pourront sûrement vous intéresser. Premièrement, question de réagir virtuellement à la corruption en cours depuis trop longtemps, il est possible de s’inscrire au groupe Facebook « http://www.nonalacorruption.com/ » et aussi de signer la pétition en ligne. Commentaire […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Un pied dans le dubstep
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Même si je suis DJ, c’est très rare que je parle musique ici. C’est mon monde parallèle. Mais je vais déroger à cette habitude. C’est qu’hier je me suis rendu en compagnie d’un compagnon de travail au Piknik électronique pour entendre deux DJ d’Angleterre : Skream et Benga. Ils […] […]
  • Michael Jackson : le dernier repos? Pas de tout repos!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Il va sans dire que l’hommage à Michael Jackson a été le « premier événement culturel multiplateforme d’importance ». D’un autre côté, les réactions à cet événement ont été nombreuses et variées sur le web. Permettez-moi de vous présenter quelques morceaux choisis, et ce, seulement pour la journée d’hie […]

RSS Philosophie

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Un dinosaure dans la blogosphère
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Dans ce monde virtuel, malgré une veille assez large, malgré des alertes Google, malgré la technologie de notification des liens entrants, l’humain est toujours utile. C’est qu’à la suite de mon premier billet en lien avec le suicide de Nelly Arcan, quelqu’un est venu m’indiquer qu’un autre comment […]
  • Sur le nationalisme
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je regrette qu’il n’existe pas en français de mot pour désigner l’attachement que l’on peut ressentir pour le lieu où nous vivons notre enfance, entouré de gens qui nous aiment et qu’on aime — et pourvu que notre enfance ait été heureuse. Mais si vous retirez du nationalisme cet […] […]
  • Ne bouge surtout pas!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Je suis tombé sur cette photo la semaine dernière. Elle m’a troublé. Au-delà de la confiance aveugle, j’y vois une allégorie de notre condition sociétale. Les […]

%d blogueurs aiment cette page :