La charité n’est pas topique

Mon billet nommé « Super! » a suscité quelques questionnements sur la charité et, après avoir lu un texte sur La Tribu du Verbe que j’ai mis en lien, nommé « La charité bourgeoise », mon ami Gaétan m’a fait savoir qu’il n’était pas d’accord avec cette façon de voir les choses, celle qui consiste à penser que la charité n’est pas la meilleure solution aux problèmes sociaux.

Alors, étant donné que mon intervention est assez explicite et se déroule assez longuement, je me permets d’en faire un billet indépendant, question de continuer dans cette veine importante.

Gaétan,

je comprends tout à fait ton point de vue, mais essaye de voir plus globalement le problème : plus certaines personnes vont s’occuper de leur propre chef, par exemple, des pauvres, plus le gouvernement (c’est à dire nous tous par procuration) va se laver les mains de ce problème sociétal… Je crois qu’il est préférable de faire de la pression pour améliorer globalement les choses, pas juste « patcher» comme la charité le fait en ce moment.

Je ne crois pas qu’il faut le prendre comme un dénigrement pur et simple de la charité et du bénévolat; c’est plutôt que cette charité et ce bénévolat sont des conséquences de problèmes plus graves auxquels il faudrait s’attaquer à la base en injectant des ressources en ce sens au lieu de les dilapider, par exemple dans des armes et de l’équipement militaire, pour on ne sait trop pourquoi…

C’est comme le discours sur la charité dans les pays du tiers-monde où il est maintenant conseillé d’aider par de l’éducation plutôt que de l’argent, car, comme le dit le dicton chinois : « ne donne pas un poisson à celui qui a faim, apprends-lui à pêcher ».

Est-ce que notre système encourage l’éducation, la prévention, la prise en charge de sa propre vie auprès des pauvres, des gens sur l’aide sociale, hypothétiquement apte à participer à la société? Je ne crois pas, car ils ont à peine de quoi survivre, ce qui n’est pas les conditions gagnantes pour se sortir la tête de l’eau, c’est prouvé : ils sont dans un cercle vicieux qui monopolise toute leur vigilance et leur énergie.

Alors oui, ce point de vue peut te paraître ingrat, et te laisser « un mauvais goût dans la bouche », mais comprends que d’un autre côté, il y a une certaine absurdité quand on comprend que la bonté est parfois pour certain plus dirigée vers eux-mêmes que dirigée vers les gens dans le besoin, même si ces derniers en profitent quand même, en fin de compte. Mais c’est trop peu (et oui, tu as raison, c’est quand même utile — je ne le nie pas). Et le plus drôle dans ça c’est que beaucoup de ces mêmes personnes charitables voudraient en même temps ne pas payer d’impôt et qu’en plus on coupe dans l’aide sociale alors…

Je vois le système étatique et privé d’aide pour les nécessiteux comme étant un système pour garder une certaine paix sociale, pas pour vraiment aider (même si ceux qui y participent y croient dur comme fer, parce qu’ils en ont le sentiment — mais n’oublie pas que mon analyse est pragmatique).

Et je ne crois même pas que je suis pessimiste, loin de là.

Réaliste?

(La photo provient d’ici.)

25 Responses to “La charité n’est pas topique”


  1. 1 Eric Bondo décembre 13, 2007 à 11:48

    J’avoue que le texte sur La Tribu était trop teinté d’idéologie marxiste-crétiniste ou anarcho-connarde. Mais en dehors de ça, de toute façon, tu remarqueras que lorsqu’on critique la charité, ce ne sont jamais les pauvres qui sautent un plomb, mais les « charitables ».

    Qui veut faire l’ange fait la bête.

    Demande aux pauvres s’ils préfèrent avoir l’argent pour manger ou des dons alimentaires, il n’y pas cinquante-six réponses probables. Mais demande à ceux qui donnent, et ils te trouveront mille et une justifications du don, généralement de façon assez agressive. On voit instantanément à qui ça profite le plus.

    L’homo sapiens est définitivement fucké dans ses repères.

  2. 2 Zoreilles décembre 13, 2007 à 14:03

    Je suis profondément attristée de ce que je viens de lire ici… J’avais suivi la discussion sur le billet précédent et à la suite du commentaire de Gaétan, j’aurais voulu renchérir et m’insurger comme il l’a fait mais j’ai manqué de courage et de mots, alors, je me reprends ici.

    Non, ce n’est pas vrai que je réagis fort parce que je suis du côté des charitables à qui ça apaise la conscience de donner.

    La misère, la pauvreté, le désespoir ne sont pas que financiers. Ces misères-là prennent plusieurs formes (solitude, désoeuvrement, maladie mentale, violence, etc.) et il faut les attaquer sur plusieurs fronts, ne rien négliger. Dans l’urgence, il faut leur sauver la vie, et ça s’appelle parfois les banques alimentaires même si ça crée des dépendances. Pis après? Ils ont faim, Simonac, il faut d’abord qu’ils mangent et qu’ils puissent dormir, on commence de même. Ensuite, il faut de manière solidaire essayer de changer les choses, donner de son temps, oeuvrer dans le communautaire, se retrousser les manches, faire avancer les causes socialement, leur sourire, leur redonner de l’espoir, leur accorder un minimum d’attention, les respecter pour ce qu’ils sont, en dépit de leurs misères et de leurs faiblesses. Donner de son argent, de son temps, de son humanité, de soi-même. Les aimer même s’ils ne sont pas toujours si aimables. La pauvreté, des fois, c’est entre les deux oreilles… Et la générosité, comme la misère, prend plusieurs visages.

    Avez-vous déjà connu cette misère ou si c’est un concept plutôt flou sur lequel vous vous prononcez d’une manière rationnelle et complètement détachée?

    J’ai manqué de courage aussi pour aller lire le billet (la charité bourgeoise) qui a suscité chez Gaétan tant de déception, je devais ménager le peu d’espoir qui me restait encore dans la nature humaine. Et je devrai faire un effort pour oublier ce que j’ai lu ici. Tiens, je vais aller visiter mes personnes âgées aujourd’hui, je me ressourcerai auprès de gens à qui il reste encore quelque chose à donner…

    Oui, l’homo sapiens est définitivement fucké dans ses repères…

  3. 3 Folly décembre 13, 2007 à 14:31

    Le charité est une forme de solidarité envers ses concitoyens. La solidarité est à la base du fonctionnement d’une société, alors si personne s’aide, et bien le privé et l’État s’en occupe et je peux te dire que le banc des pauvres va augmenter.

    La charité a des connotations religieuses de par son histoire, la solidarité est tâchée de politique et morale, c’est peut être les mots qui dérangent aussi.

    Pour moi, l’idée derrière cela est comment outiller une personne dans le besoin à ne plus l’être et de ne pas y retourner. Par exemple, un vieux dicton : au lieu de donnez le poisson, on doit apprendre aux individus à le pêcher.

    Aussi, derrière les gens qui demandent la charité, par exemple, il y a un être humain et ça le système et plusieurs citoyens l’ont perdu de vu royalement!

  4. 4 Folly décembre 13, 2007 à 14:37

    @eric bondo, tu dis « Demande aux pauvres s’ils préfèrent avoir l’argent pour manger ou des dons alimentaires, il n’y pas cinquante-six réponses probables »

    Je peux te garantir que si tu le demandes pour vrai, les pauvres vont te dire d’avoir l’argent. C’est humiliant les dons alimentaires, mais ils ne cracheront pas dessus, en raison qu’ils sont pauvres et sûrement coupable d’être dans leur situation (euphémisme..)

  5. 5 Sgt Scott décembre 13, 2007 à 14:39

    Non que je veules rallier les 2 camps mais bien que je paratage l’opinion de Zoreilles que le fait que le problème de la pauvreté doit être confronté sur plusieurs fronts à la fois, je penche davantage du côté du pragmatisme et ici, pour répondre à une question de Zoreilles, je parle par expérience.

    Depuis un an maintenant je travaille comme coopérant en Amérique Latine, au début au Mexique dans un projet d’artisanat équitable, et maintenant en Bolivie en appui au mouvemment coopératif. Dans les 2 cas j’ai cotoyé pauvreté (rien à voir avec ce que la pauvreté prend comme visage au Québec). Et les rares fois où mon âme charitable s’est laissé aller, ce n’est pas le sentiment d’avoir accompli une bonne action qui m’accompagnait mais bien plus la culpabilité de mettre un pansement sur un cancer que je sais pertiment que le lendemain sera plus fort.

    Voilà pourquoi, je prône certes les solutions réactives (la charité et l’aide diercte) mais que j’encourage davantage les mesures structurantes, mesures dans laquelle je travaille du mieux que je peux.

    Alors, je ne crois que l’on doit s’insurger contre une réflexion pragmatique face à la pauvreté mais voir plutôt le côté proactif de la chose. Tout comme je ne crois pas qu’il faut mépriser la charité et les mesures réactives qui doivent exister jusqu’au moment qu’une structure efficace soit mise en place.

    Bref, c’est mon opinion.

  6. 6 Folly décembre 13, 2007 à 15:08

    Sgt Scott, j’ai été coopérant en Haïti et je partage à 100% ceci : « Voilà pourquoi, je prône certes les solutions réactives (la charité et l’aide directe) mais que j’encourage davantage les mesures structurantes » Pour un pays en développement (j’hais ce mot!), presque tout est à construire, tandis qu’ici nous avons l’État-providence. Elle se désengage et le privé force la porte, mais il faut repenser la distribution de la richesse.

    Si vous avez le temps, un très bon livre sur le sujet : Repenser la solidarité. Serge Paugam, 2007.

  7. 7 Sgt Scott décembre 13, 2007 à 15:32

    @ Folliculaire: Merci pour la suggestion, je l’ajoute à ma liste de livre à lire. Par contre, je crois que ça irai à mon retour de Bolivie en avril 2008.
    Je vous souhaite de joyeuses fêtes.

  8. 8 Esperanza décembre 13, 2007 à 15:40

    Je suis un peu bouleversé par ce billet…

    D’abord, une mise au point: Oui, j’ai vécu la pauvreté et l’itinérance, jeune. Et aussi, j’ai travaillé dans le mouvement communautaire (un « chariteux? ») pendant 20 ans.

    Ceci étant, je crois qu’il y a les problèmes structurels d’une part et d’autre part, les besoins criants qui risquent de faire mourir des gens, dans le presque immédiat.

    Si tu vois une personne en train de crever en plein hiver sur la rue, tu fais quoi? Tu la laisses-là? T’appelles la police? Ou tu l’emmène chez-toi pour la réchauffer et lui donner à manger?

    Je trouve ton billet passablement réducteur quant a l’action sociale (communautaire, charitable, chariteuse, peu importe). Ça me choque de voir que des gens pensent que le mal-être ne se règlera que par des grandes interventions organisées… C’est facile de dire qu’il faut apprendre aux gens à se prendre en main plutôt que de les aider directement quand on ne sait pas de quoi il en retourne.

    Quand t’es sans un sous, que t’as des problèmes de santé mentale, que tu te gèles la bette pour oublier où tu es, que tu es amaigri et que tu sens la faim te tenailler, me semble que c’est normal de demander de l’aide « chariteuse » là, immédiatement. Pis ça fout quoi que ça ne règle pas le (les?) problème définitivement? Survivre, c’est quand même important non?

    Tant qu’à y être, laissons mourir les trop « puckés » et faisons des p’tits programmes pour les autres. Continuons à colporter la classification des pauvres: les bons pauvres, les mauvais pauvres, les « ceux qui n’ont pas le choix » et les « ceux qui choisissent la pauvreté ». Choisit-on la pauvreté? Choisit-on d’être abusé quand on est jeune? Choisit-on la maladie mentale? Choisit-on la toxicomanie? Ceux qui pensent ça son à côté de la track pas à peu près.

    Le mal-être que vivent les personnes démunies, ça ne peut pas se comprendre de l’extérieur et surtout pas du confort d’un bureau de fonfonctionnaire. Oui, il faut agir sur plusieurs fronts à la fois, mais s’il n’y a pas la première ligne, le sauvetage de base, il n’y aura plus rien de possible.

    Tant que des gens penseront ainsi, le déséquilibre entre les bien nantis et les pauvres ne fera que s’accentuer. En tous cas, si un jour je tombe gelé dans une rue, quelque part, j’espère que ce ne sera pas devant ta porte. Je préférerais que ce soit devant la porte d’une personne charitable et je me fous totalement qu’elle le soit pour se donner bonne conscience ou pour aider vraiment. Survivre c’est plus « élevé » que ça.

    Sur ce, j’ai donné à la guignolée et ce n’est pas pour me donner bonne conscience. C’est parce que j’ai déjà eu faim. Est-ce suffisamment pragmatique? Réaliste?

  9. 9 gaétan décembre 13, 2007 à 16:16

    @ Éric Les pauvres ils sautent les plombs sauf qu’on les voient pas . Sont dans rue ou bien dans des loyers insalubres et ils ont autres choses à faire qu’à s’épancher sur leur sort sur internet ou dans les lignes ouvertes.Ils se demandent ce qu’ils vont manger demain.
    comme Zoreilles l’exprimait mieux que moi il y a urgence d’agir et lire que la charité ou le bénévolat n’est pas fait de façon désintéressé ça m’insulte. Que par cette façon de faire la pauvreté ne disparaitra pas je le comprends mais en attendant de trouver mieux je vais continuer de donner de l’argent et du temps à des oeuvres de charité. Que ceux qui trouvent que c’est pas assez fassent ce qu’ils ont à faire mais ne venez pas me dire que j’encourage la pauvreté.

  10. 10 La Longueuilloise décembre 13, 2007 à 18:07

    La pauvreté c’est plus que de ne pas avoir d’argent. (J’ai eu deux longues périodes de chômage au cours desquelles j’ai tout perdu.)

    C’est :
    1. avoir mal aux dents et ne pas pouvoir les faire réparer
    2. te faire regarder de travers parce que tu es mal habillé
    3. être obligé de marcher ou de voyager à vélo au lieu d’utiliser les transports en commun
    4. souvent, être plus ou moins illettré
    5. avoir beaucoup de difficulté à passer une entrevue d’emploi et à être engagé à cause de 1 à 4
    6. vivre constamment dans la honte, la crainte et la culpabilité devant le mépris des autres, les chicanes causées par le manque d’argent
    7. être obligé d’abandonner toute dignité et d’accepter des choses inacceptables pour obéir aux mesures contraignantes du gouvernementet aux diktats des «dames patronesses» (ne pas fumer, ne pas faire d’enfants, ne pas boire de bière, ne serait-ce qu’une, ne pas avoir de voiture, ne pas vivre en couple, ne pas retourner aux études de peur de se faire couper son chômage…)
    8. vivre coupé de la société et des autres humains (pas d’argent pour sortir, lire le journal, faire garder les enfants, se cacher parce qu’on est gêné…)

    L’État ne peut pas tout faire. Il peut payer les salaires des intervenants, prêter des locaux, payer les frais médicaux (mais les «BS» passent souvent en dernier?) mais les cuisines collectives, les ateliers sur le droit au logement, les groupes d’alphabétisation ne peuvent pas reposer seulement sur l’État.

    Et puis la chaleur humaine, le soutien et l’amour (ce qui n’est pas de la «charité» avec son côté sainte nitouche) ça ne peut provenir que de personnes qui le font parce qu’elles en ont envie.
    http://cestuncoupdebelette.blogspot.com/2007/12/un-exemple-suivre-le-dr-gilles-julien.html

  11. 11 Renart L'éveillé décembre 13, 2007 à 18:50

    Zoreilles,

    comme tu as pu le lire dans ma lettre à Gaétan, « Je ne crois pas qu’il faut le prendre comme un dénigrement pur et simple de la charité et du bénévolat; c’est plutôt que cette charité et ce bénévolat sont des conséquences de problèmes plus graves auxquels il faudrait s’attaquer à la base en injectant des ressources en ce sens au lieu de les dilapider, par exemple dans des armes et de l’équipement militaire, pour on ne sait trop pourquoi… » Alors désolé, je ne comprends pas ta réaction, puisque je ne veux surtout pas insulter personne. (Les seules personnes que je vise sont celles qui prônent la charité privée, mais dans une optique de démantèlement de la politique d’aide aux moins nantis déjà existante, ces idéologues du tout-privé-tout-de-suite parce que l’État c’est le diable… Et je ne crois vraiment pas que tu en es!) 😉

    Folly,

    « Le charité est une forme de solidarité envers ses concitoyens. La solidarité est à la base du fonctionnement d’une société, alors si personne s’aide, et bien le privé et l’État s’en occupe et je peux te dire que le banc des pauvres va augmenter. »

    Cette phrase représente bien pour moi le problème (entre autres sémantique) de notre société : s’il est considéré qu’il y a séparation entre la solidarité des « citoyens », du « privé » et de l’« État », alors qu’ultimement ces termes sont quasi synonymes, ou du moins intimement liés, il faudrait bien faire ressurgir un dénominateur commun, c’est à dire la responsabilisation de tous. Parce que nous sommes tous des « citoyens », qui ont un pouvoir « privé » (même si ce terme vise dans le langage courant plus les entreprises, et pourtant c’est parce que nous délaissons ce pouvoir…), et c’est nous qui portons au pouvoir les dirigeants de l’« État ».

    Alors pour moi la charité est le symptôme d’une déresponsabilisation globale.

    Sgt Scott,

    je ne crois pas qu’il faille rallier les deux camps puisqu’il ne devrait pas y avoir de scission… Les deux côtés veulent la même chose : éradiquer les problèmes de pauvreté.

    ————————————–

    Mais j’ai une question pour tout le monde : si on laisse de plus en plus le système gouvernemental se délester des budgets et des politiques anti-pauvreté, d’aider de moins en moins les pauvres pour qu’ils puissent aller à l’Université, ne croyez-vous pas que le système de charité privé va déraper, par manque de moyens pécuniaires et humains, ou pire, par opportunisme capitalisme (dans le sens ou des gens mal intentionnés vont vouloir se faire de l’argent sur le dos des pauvres)?

    ————————————-

    Esperanza,

    j’aimerais faire une mise au point : nous parlons d’idées ici (nous pensons fort dans le but de faire évoluer un sujet important) et j’aimerais donc qu’on laisse de côté les attaques personnelles et les insinuations, qui je sais viennent de l’émotivité. Mon but est d’essayer de regarder froidement la situation parce que je pourrais très bien tomber dedans aussi : j’ai eu mon lot de misère dans la vie, et je n’exposerai pas ici mon curriculum vitae…

    Donc, ce que je remarque, c’est que tu n’as pas vraiment lu mon billet pour ce qu’il est vraiment, mais bien en réaction à… Pourtant, je le répète encore, je n’insulte personne, je ne dis seulement qu’il y a un problème plus grand que la charité ne règle pas et ne règlera jamais, et qu’il faut le regarder en face.

    Laisse-moi te dire que celui qui m’a ouvert les yeux là-dessus est mon ami Eric Bondo (celui qui a laissé le premier commentaire), qui a entre autres été coordonnateur au Front Commun des Personnes Assistées Sociales du Québec, et qui a donc été très près de toutes les organisations de défenses des pauvres. Alors, est-ce que tu crois vraiment qu’on essaye méchamment de dénigrer les gens comme toi?

    Ça m’attriste de te lire…

    Gaétan,

    « Que ceux qui trouvent que c’est pas assez fassent ce qu’ils ont à faire mais ne venez pas me dire que j’encourage la pauvreté. »

    Je ne sais pas quoi dire de plus pour te convaincre de ma bonne foi sans pour autant répéter ce que j’ai déjà dit aux autres avant, et dire que ma position est fautive, puisque tu es utile par ton implication, et que j’aimerais l’être aussi, à ma façon (j’ai les moyens de mettre beaucoup d’heures ici parce que j’ai choisi de m’impliquer sur le web au lieu de travailler 60 heures par semaine pour faire de la grosse argent — et je crois en ce que je fais, et que ça donnera des résultats, puisque le web est le nouvel espace à conquérir).

    La longueuilloise,

    tout ce que je peux dire c’est : l’État c’est « nos votes », « notre argent » et que je ne vois donc pas pourquoi « mon vote » et « mon argent » ne pourraient pas vouloir dire « je veux qu’on aide les pauvres à s’en sortir d’une meilleure manière qu’en ce moment » et « je veux que l’argent de mes impôts soit dépensé en grande partie pour cela et non pour payer entre autres des chars d’assaut « .

  12. 12 Sgt Scott décembre 13, 2007 à 19:20

    @ Renart:

    J’ai eu propablement un ressentiment semblable au tien à la lecture du commentare d’Esperanza et j’endosse donc ta réponse.

    Ensuite, concernant ton questionnement, je crois qu’il serait dur pour la « charité privée » de faire de l’argent sur le dos des pauvres (ils sont pauvres donc n’ont pas d’argent non!!??). Le seul moyen que cela puisse arriver à mes yeux serait si l’État délaisserait la gestion de ses programmes d’aide à ce type d’organisme, là effectivement une dérape capitaliste pourrait être possible. Pour ce qui est du reste de la question, je me sens mal outillé pour y répondre mais ça stimule ma réflexion. Merci et passes de belles fêtes, je reprendrai la lecture de ton blogue en janvier 2008.

  13. 13 Renart L'éveillé décembre 13, 2007 à 20:46

    Sgt Scott,

    « je crois qu’il serait dur pour la « charité privée » de faire de l’argent sur le dos des pauvres (ils sont pauvres donc n’ont pas d’argent non!!??). »

    C’est dans le sens où l’argent qui vient des biens nantis pour aider les pauvres pourrait servir à remplir les poches d’autres gens bien nantis. Ça me fait penser au lobby des affairistes qui aimeraient bien que le gouvernement démantèle le système de santé pour cette raison.

    Pour résumer ma pensée par rapport au problème de pauvreté (pas seulement monétaire), c’est qu’il est contextuel et relatif : je préfère donc penser en terme de prévention (par l’éducation) qu’en terme de réaction (ce que fait la charité, même si, je le répète encore et encore pour ne pas froisser personne, c’est une bonne chose, mais à court terme).

    ————————————–

    Vous me reprendrez si c’est le cas, mais je crois que la causalité de la majorité des problèmes sociaux n’est pas les individus eux-mêmes, même si nous ne naissons pas égaux…

    ————————————–

    Joyeuses Fêtes à toi aussi! (Et à vous tous bien sûr!) 🙂

  14. 14 gaétan décembre 13, 2007 à 21:50

    @ Renart
    Tu dois te douter que ma grogne vient du texte de la tribu du verbe:  »ces clowns qui sonnent les cloches pour la guignolée ».Qu’on me fasse la leçon,soit, mais avec respect. Traiter de clown les gens qui s’impliquent dans la charité c’est pas fort et c’est méprisant. »Ces clowns qui sonnaient des cloches pour la guignolée le faisaient gratuitement sur des  »shift » de 4 heures par moins20C par chez-nous. »

  15. 15 Folly décembre 13, 2007 à 22:25

    « des gens mal intentionnés vont vouloir se faire de l’argent sur le dos des pauvres » C’est déjà le cas. La plus grosse organisation mondiale à but non lucratif (sic) est la Fondation de B. Gates. Cette Fondation dicte les thèmes de recherche et le type d’aide, selon leurs valeurs, et l’impose en Afrique, par exemple. Un genre de gros FMI sous des allures philanthropiques.

    Un système étatique absent, des ONG sans le sous, alors la voie est libre pour les fondations privées sans scrupules…

  16. 16 gaétan décembre 13, 2007 à 23:54

    @folly o.k je comprends mieux la dérive possible à laisser la charité au privé. En plus des crédits d’impôts qui doivent s’y attacher.
    @renart
     »Pour la question à tous » c’est parce que je n’ai pas entendu dire nulle part que le gvt voulait abolir l’aide aux organismes sociaux s’occupant de charité. Est ce le cas ?
    Pour ton implication sur le web: Je n’en doute pas rienque à voir le nombre de billets que tu nous sors, bien documenter et avec les liens. Du bon travail mon ami mais prends soin de te reposer. S.T.P pense à ce que sont devenus les blogs de journalistes vedettes.

  17. 17 La Longueuilloise décembre 14, 2007 à 1:01

    TROP de fondamentalistes (souvent de droite!)pensent que le succès économique est un signe d’approbation de Dieu et que les pauvres sont des pécheurs. Je ne peux que les renvoyer au Livre de Job. Fuck les jugements moralisateurs!

    Les dames patronesses moralisatrices envers les pauvres n’aident personne en réalité car le souci de sa dignité c’est la clef pour s’en sortir quand on est pauvre. Il faut outiller les pauvres mais trop de programmes publics sont mal conçus et donc inefficace. Les bénévoles (Pops!) sont souvent plus proches des préoccupations réelles des gens que les fonctionnaires.

    C’est trop facile pour l’État de se laver les mains de ses responsabilités (Dumont! Plus je le vois aller et plus il me fait chier) et je crois à la redistribution. Mais il faut le faire intelligemment pour donner aux gens des outils qui vont vraiment les aider.

  18. 18 Folly décembre 14, 2007 à 1:26

    Longueilloise, vous dites : « TROP de fondamentalistes (souvent de droite!)pensent que le succès économique est un signe d’approbation de Dieu et que les pauvres sont des pécheurs »

    Je me dois de clarifier votre point. Le protestantisme est basé sur la devise du travail/foi. La devise de Weber : Le temps c’est de l’argent vient de la religion protestantiste. Donc, droite-gauche-centre, allouette! n’a pas d’importance, c’est vrai par contre qu’une bonne part des protestants sont de droites tout comme les évangélistes. Mais ce n’est pas tout le monde (religion) qui place les pauvres comme des pêcheurs…

  19. 19 La Longueuilloise décembre 14, 2007 à 4:34

    Je ne suis absolument pas d’accord avec vous. Je suis (ou j’étais) protestante soit dit en passant.

    Pour les vrais protestants le travail n’est pas une punition mais un devoir. C’est normal de travailler. Ce n’est pas «le temps c’est de l’argent» comme une fin en soi. Ce ne l’était pas au début.

    Je sais que vous faites allusion au livre de Max Weber «L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme».

    Mais moi je parle de la dérive et sursimplification qui ont suivi, où le pont s’est fait entre la religion et la piastre et où c’est devenu «je suis riche = je suis béni tu est pauvre donc tu es maudit» (la richesse devient une preuve que Dieu nous approuve, en oubliant le livre de Job, et bien entendu cela n’a ni queue ni tête). Ce n’est absolument pas le véritable message du protestantisme C’est devenu courant aux USA à un moment donné (Reagan?), Ou peut-être ce sophisme existait-il avant. Mais il est très courant de nos jours aux USA selon ce que j’ai lu.

    J’en parle parce que la caste au pouvoir dans ce pays se réclame de Jésus-Christ mais ils ont tourné ses enseignements complètement à l’envers.

  20. 20 Renart L'éveillé décembre 14, 2007 à 7:47

    Gaétan,

    je suis très content de lire que tu n’es pas fâché contre moi. Ça me rassure.

    Pour ce qui est de la question du gouvernement et de la pauvreté, il est clair que c’est le dernier de leurs soucis… (Je sais très bien que les organismes passent leur temps à grappiller des cennes par-ci par-là.) La preuve, il y a eu la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 13 décembre 2002, qui dicte au gouvernement d’agir pour faire du Québec d’ici 2013 l’une des nations industrialisées où il y a le moins de personnes pauvres. Pourtant, ça ne semble pas vraiment s’améliorer. À lire : le communiqué du collectif pour un Québec sans pauvreté au sujet du cinquième anniversaire de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

  21. 21 Philippe David décembre 14, 2007 à 20:32

    C’est intéressant. Avec le temps des fêtes qui approche, je songeais justement à écrire un billet sur le sujet.

    Vous serez peut-être surpris (ou pas) de voir un libertarien comme moi se ranger aux cotés de Renart sur la question de la charité, mais je suis d’accord avec lui sur le fond.

    Je ne dénigrerai jamais ceux qui travaillent comme bénévoles, ou les oeuvres charitables qu’ils supportent. Ils jouent un rôle important. Par contre la charité a ses limites et ses effets pervers. Par exemple, il est arrivé que des pays riches aient décidé de faire don de leurs surplus de grains à des pays plus pauvres. Louable, me direz-vous, et ce l’est en surface jusqu’à ce qu’on réalise que nous venons de tuer leur marché local en l’inondant de blé gratuit. (Les patriciens romains ont déjà eu ce même problème). Localement, le problème vient surtout que nous déployons trop d’efforts pour combler le besoin immédiat, mais pas assez pour des solutions à long terme. La charité c’est excellent pour combler un besoin immédiat, mais ça n’éliminera pas la pauvreté. La charité, c’est ce que ceux qui ont un peu d’argent (ou beaucoup) font pour se sentir moins coupables.

    Si on voulait vraiment combattre la pauvreté, il faudrait:

    1- prendre en charge ceux qui souffrent de maladie mentale et leur fournir les traitements appropriés

    2- Réentrainer les assistés sociaux aptes au travail et leur fournir une assistance pour se réinsérer dans le marché du travail avec un travail plus revalorisant (certains secteurs sont en manque de main d’oeuvre qualifiée et pas tous ces secteurs nécessitent de longues études).

    3- Libéraliser l’économie afin de créer plus d’emplois et rehausser le niveau de vie général. Plus l’économie roule, plus il y a d’emplois pour ceux qui en cherchent.

    Il ne suffit pas de fournir un plus gros chèque aux assistés-sociux et leur dire « allez vous trouver un emploi ».

    Merde! De quoi vais-je parler dans mon billet maintenant… 🙂

  22. 22 Renart L'éveillé décembre 15, 2007 à 23:09

    Philippe David,

    ton commentaire m’a beaucoup surpris, même assez agréablement. Je crois qu’il m’influencera pour un autre billet, donc à plus!

  23. 23 Philippe David décembre 19, 2007 à 1:27

    @ Renart

    Il n’y a pas que les gens de gauche qui sont concernés par la pauvreté. Ceux de droite aussi, nous voyons tout simplement le problème et les solutions sous des angles différents.

    Favoriser le libre-marché ne semble pas à première vue comme une mesure anti-pauvreté jusqu’à ce qu’on comprenne que le libre-marché est créateur d’emplois.

    Il m’a toujours apparu évident aussi que pour remettre les assistés sociaux au travail, il faut leur donner des qualifications recherchées par le marché du travail. Par exemple, il existe des pénuries dans certains corps de métiers, comme électriciens, plombiers, etc. Ça ne prend pas de longues études pour apprendre un tel métier et ils ont des salaires très supérieurs au salaire minimum. Pourquoi n’y a-t-il pas plus d’assistés sociaux réentrainés de cette façon? S’attent-on à ce qu’ils décrochent un emploi sans formation? Avec tout les débats qu’il y a eu sur la question, il me semble qu’on aurait dû y penser déjà…

  24. 24 Renart L'éveillé décembre 19, 2007 à 5:39

    Philippe,

    j’ai créé encore un beau billet en ton honneur!


  1. 1 Le libre-marché, ce Saint-Graal actuel! « Rétrolien sur janvier 6, 2008 à 9:44

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Nethique.info

Finaliste Grands Prix AJIQ catégorie Illustration éditoriale

Catégorie : Illustration éditoriale

Fier collaborateur de…

Infoman
Reflet de Société

Babillages (Twitter)

Erreur : veuillez vous assurer que le compte Twitter est public.

Un sous à la fois!

RSS Billets choisis de mon agrégateur (blogoliste dans la bannière)

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Archives

copyleft

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Catégories

Statistiques (depuis 01/01/2008)

  • 632 791 hits

RSS Art

  • Incidence
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/
  • Barack Obama + Hillary Clinton = Scarlett Johansson!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Oui, oui, je sais, quel drôle de titre… C’est que je suis tombé tantôt sur un billet de Benoit Descary qui pointe un nouveau service de recherche d’images similaires nommé GazoPa. Étant donné que je me suis déjà fait piquer une image, je me suis amusé à essayer les […]
  • Quelques images en passant…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Pour avoir la tête dans le cul, je l’ai quand même un peu. Je suis encore légèrement enrhumé (la petite a ramenée ça de la garderie), pas grippé de l’ah! (contrairement au blogueur qui tient Le Gros BS). J’avais trouvé cette photo naguère sur le blogue de Mazzaroth et […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Monsieur l’articide,
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la suite de mon billet précédent, on m’a pointé un texte d’un auteur qu’un certain Pierre Côté considère comme étant « Le plus grand auteur québécois de sa génération » (découvert via @patdion), soit Carl Bergeron. Chacun a droit à son opinion, mais de mon côté, je n’ai pas hésité […] […]

RSS Critiques

  • André Sauvé : un monde fou!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Hier soir, je suis allé voir le spectacle d’André Sauvé avec, je vous avoue, un préjugé défavorable, bien qu’à la base j’aime beaucoup cet humoriste. C’est que j’ai pas mal vu de ses sketches sur le web, à la télé et ses « chroniques » à 3600 secondes d’extase, et j’avais […] […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]
  • Mauvais Oeil
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ La poussière est retombée, on respire par le nez, je vais donc pouvoir revenir sur le cas Pascal-Pierre Fradette. Hier, mon sixième sens me disait qu’il fallait que je google son nom et je suis tombé sur son nouveau projet : Mauvais Oeil. Je me souvenais d’un de ses […]

RSS Culture

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]

RSS Humanisme

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Prix à la consommation : comme une odeur de prise d’otage
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Il y a de ces choses qu’on sait, mais quand on se les refait remettre en pleine face, elles puent. C’est ce qui m’est arrivé quand […]
  • Ce n’est pas la nature qu’il faut sauver, c’est nous!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Après tout ce bleu, étourdissant pour certains, sombre pour d’autres, en attendant le rouge noyé sous la pizza et la bière des déménagements, il serait bon de retourner à la réalité. Une de celles-là, c’est que les contaminants qui nous entourent diminuent « l’écart de poids à la naissance […] […]
  • Né pour un grand pain (les osties, c’est pas assez…)
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Vous êtes sûrement au courant que l’athéisme sort dans la rue prochainement : « une dizaine d’autobus de la STM arboreront une publicité commandée par l’Association Humaniste du Québec ». Si vous ne l’êtes pas, le message qu’on y verra : Dieu n’existe probablement pas. Alors, cessez de vous inquiéter [… […]

RSS Littérature

  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Ce que je n’ai pas encore pu dire au sujet de Nelly
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au figuré, je me mords les doigts presque au sang depuis mon petit billet d’humeur suite à la mort de Nelly Arcan. Attendre que la poussière retombe pour être certain de ne pas me précipiter stupidement dans le regret. Mais en même temps, comme le souligne bien justement Christian […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Un foutu beau débordement de singularité
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Ç’a été long, mais chose due, chose faite, je l’ai lu ton Vamp. Et je m’incline bien bas, mon cher Christian. Comme un chocolat pur cacao à 99%, je l’ai grignoté à petite dose ta brique, m’explosant les papilles, humant ton mistral a plein poumon, pour en épuiser ensuite […]
  • Le luxe du temps
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Bon, voilà, j’ai publié aujourd’hui mon dernier billet sur Blogosphère. Cette collaboration me grugeait du temps comme c’est pas possible! Je pouvais passer trois heures par jour à scruter mon agrégateur pour suivre ce qui se passait dans la blogosphère; et trois heures, c’est conservateur comme chiffre […]

RSS Musique

  • Pourquoi les gens sont gaga de la Lady?
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la fin de son billet « Le filon pop et les archétypes de certitude », Jean-Simon DesRochers pose une question qui attire une réponse de ma part : Et puisque je m’interroge sur la pop; quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi Lady Gaga fait un tel tabac? N’étant pas totalement idiot, […] […]
  • Blogue-notes
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au menu, quelques notices qui pourront sûrement vous intéresser. Premièrement, question de réagir virtuellement à la corruption en cours depuis trop longtemps, il est possible de s’inscrire au groupe Facebook « http://www.nonalacorruption.com/ » et aussi de signer la pétition en ligne. Commentaire […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Un pied dans le dubstep
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Même si je suis DJ, c’est très rare que je parle musique ici. C’est mon monde parallèle. Mais je vais déroger à cette habitude. C’est qu’hier je me suis rendu en compagnie d’un compagnon de travail au Piknik électronique pour entendre deux DJ d’Angleterre : Skream et Benga. Ils […] […]
  • Michael Jackson : le dernier repos? Pas de tout repos!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Il va sans dire que l’hommage à Michael Jackson a été le « premier événement culturel multiplateforme d’importance ». D’un autre côté, les réactions à cet événement ont été nombreuses et variées sur le web. Permettez-moi de vous présenter quelques morceaux choisis, et ce, seulement pour la journée d’hie […]

RSS Philosophie

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Un dinosaure dans la blogosphère
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Dans ce monde virtuel, malgré une veille assez large, malgré des alertes Google, malgré la technologie de notification des liens entrants, l’humain est toujours utile. C’est qu’à la suite de mon premier billet en lien avec le suicide de Nelly Arcan, quelqu’un est venu m’indiquer qu’un autre comment […]
  • Sur le nationalisme
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je regrette qu’il n’existe pas en français de mot pour désigner l’attachement que l’on peut ressentir pour le lieu où nous vivons notre enfance, entouré de gens qui nous aiment et qu’on aime — et pourvu que notre enfance ait été heureuse. Mais si vous retirez du nationalisme cet […] […]
  • Ne bouge surtout pas!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Je suis tombé sur cette photo la semaine dernière. Elle m’a troublé. Au-delà de la confiance aveugle, j’y vois une allégorie de notre condition sociétale. Les […]

%d blogueurs aiment cette page :