Pourquoi je ne signerai pas la pétition « Québécois "de souche" contre l’intolérance » même si je me considère extrêmement tolérant

À la lecture de la pétition « Québécois « de souche » contre l’intolérance », je suis d’accord sur pratiquement tous les points, sauf sur le 3e :

3. Quant au projet de loi sur l’identité amené par le P.Q., un de ses aspects nous apparaît particulièrement problématique: l’idée qu’il faille faire passer des tests de français aux immigrants et que ces tests deviennent des conditions à la participation à la vie civique tend à laisser penser, à la manière d’une théorie du complot, que la majorité des immigrants ne sont pas intéressés à apprendre le français et qu’ils préféreraient vivre en vase clos, isolés du reste de la communauté. D’une part, le fait que ce projet de loi, incluant une telle disposition, ait été mis de l’avant dans le contexte sensible de la commission sur les accommodements raisonnables nous semble mal avisé, et d’autre part, nous nous prononçons fermement contre cette tentative d’assujettir la citoyenneté à des critères discriminatoires qui témoignent, encore une fois, d’un manque d’éducation flagrant concernant la réalité des communautés culturelles au Québec.

Je ne comprends pas l’amalgame établi entre la prétention à assurer un point d’ancrage commun francophone pour les nouveaux arrivants et la supposition d’une théorie du complot. Je ne crois pas qu’il est question de préjuger, mais bien d’établir un cadre de communication clair, pragmatique — comme je l’ai bien expliqué avec mon texte « Sur la question linguistique : pour un nationalisme pratique » —, qui s’inscrit dans une réalité mondialisatrice et anglophone, autant au niveau québécois, canadien, américain, que planétaire. Alors, de démoniser ainsi un projet de citoyenneté québécoise qui va un peu plus loin qu’une mignonne symbolique, sans portée réelle pour les nouveaux arrivants, est trompeuse, car, sur le site d’Immigration Canada, il est clair que l’examen d’obtention de la citoyenneté canadienne exige, et je cite :

L’examen et votre interaction avec le personnel de Citoyenneté et Immigration Canada nous permettront de savoir si vous pouvez parler français ou anglais suffisamment bien pour communiquer avec les gens. Vous devez pouvoir comprendre des affirmations et des questions verbales simples. Vous devez également être en mesure de transmettre des renseignements simples.

Si je me fie à cette citation et la mets en lien avec ce troisième point, la citoyenneté canadienne est discriminatoire puisqu’elle exige à certains demandeurs une connaissance d’une langue étrangère à la leur, quand ils ne connaissent pas une des deux langues officielles. C’est une atteinte à la liberté quand on y regarde de plus près… Ou, je me demande, est-ce que le fait d’offrir un choix entre deux langues ferait en sorte que la notion de discrimination disparaisse comme par magie?

Par contre, je suis bien d’accord pour dire qu’il ne faut pas faire de pronostics trop hâtifs sur les gens qui ne sont pas encore ici, mais il faudrait quand même pouvoir établir une balise linguistique plus claire pour forcer minimalement la note. Et, sans une quelconque contrainte à l’acceptation par un test, quel qu’il soit, un projet de loi sur la citoyenneté est inutile, autant distribuer des permis de conduire à tout le monde et espérer que ça se passe bien…

Parce qu’en plus, si on veut entrer dans le jeu de la « théorie du complot », il serait très facile de dire que les opposants à ce projet ne veulent pas d’un Québec de plus en plus français parce qu’ils auront rejeté une volonté commune et politique de propulser le pari linguistique au premier plan. Ce raisonnement n’a pas sa place à mon sens, d’un côté comme de l’autre. La tolérance est contextuelle et ne devrait jamais être synonyme d’insouciance.

Pour ma part, ma très grande tolérance s’arrête au moment où je ne peux me faire servir en français, où je ne peux discuter avec un citoyen canadien habitant au Québec dans ma langue maternelle parce qu’il a choisi d’adopter l’autre langue officielle, de vivre sa vie en anglais, malgré le fait qu’il soit entouré, dans son voisinage immédiat, d’une société majoritairement francophone. Je ne peux m’empêcher d’y voir un manque de respect.

Parce que le respect est bien l’enjeu le plus important dans tous les débats actuels.

27 Responses to “Pourquoi je ne signerai pas la pétition « Québécois "de souche" contre l’intolérance » même si je me considère extrêmement tolérant”


  1. 1 Eric Bondo octobre 31, 2007 à 9:19

    Ce que je comprends de ce troisième point, c’est que dans une société de libertés civiles comme la nôtre se prétend, nul besoin de faire une loi lorsqu’un problème n’est pas assez important.

    Et ce n’est pas l’importance qu’on en donne dans les médias où un point de vue réduit à un ou quelques quartiers, pris hors de son contexte historique, qui donne à une situation l’importance de créer une législation Nationale.

    Effectivement, l’intention du PQ en voulant légiférer sur une question d’ordre mineur (du moins selon la plupart des statistiques, comme à l’ISQ), peut sembler faire croire que la francisation des immigrants ne se fait pas bien, donc on se doit de serrer la vis. Mais bon, bien que tout le monde ne s’entende pas là dessus, il ne semble pas y avoir péril en la demeure.

    Seule idée valable, selon moi, de cette portion du projet de loi : l’engagement de l’État à faire sa job auprès des immigrants. Et à leur garantir le boulot pour lequel on les a attirés ici.

    Après ça ira tout seul.

    Ouverture mon ami… Il faut que les gens arrêtent d’avoir la chienne et de vouloir tout protéger à fond la caisse, surtout pas ce qui se porte de mieux en mieux. Le Québec est un des meilleurs modèles, sinon LE modèle en matière de relations entre les différentes communautés.

  2. 2 Caroline octobre 31, 2007 à 11:47

    Bonjour! Je voudrais vous signaler, ce que je ferai pour tous les signataires ce matin, que j’ai modifié la pétition suite à plusieurs commentaires comme le vôtre, afin notamment de faire disparaître cet amalgame et d’enlever des expressions somme toute inutilement inflammatoires. Ce projet est rassembleur, et je remercie mes détracteurs ainsi que les signataires pour avoir fait évoluer la pétition. Comme je le mentionnais, je contacterai les signataires afin qu’ils voient la version finale et puissent y adhérer avant une éventuelle publication.

    Bien à vous,

    C. Allard

    Site Web: http://www.contrelintolerance.blogspot.com

  3. 3 Folliculaire octobre 31, 2007 à 12:55

    L’idée de complot et d’y faire référence me fait tout drôle. J’espère que cette portion ne sera pas dans le texte final.

    l’immigration et l’intégration est un sujet international, plusieurs pays sont confrontés à cela. Plusieurs études aussi à ce sujet. Je vais probablement essayé de dénicher quelques trucs afin d’en écrire un billet.

    Pour Bouchard et Taylor de la Commission, ils sont tous les 2 des culturalistes (au terme sociologique et philosophique) et libéraliste. Chercher dans un dictionnaire sociologique le terme culturalisme et vous comprendrez, un peu, la pensée de ces 2 intellos.

  4. 4 carOlinade octobre 31, 2007 à 18:41

    Quel sujet sensible mais nécessaire. Je suis en accord avec votre vision de la chose Renart l’éveillé. J’habite dans l’ouest de l’Île « west island » et c’est là ma plus grande déception, de voir encore et toujours, depuis plus de 30 ans, des anglophones québécois de souche ne parlant pas un maudit mot de français. Quant à l’histoire des accomodements, pour résumer ma pensée je dirais ceci: qu’à force de trop accomoder, on fini par étouffer et ne plus exister. Excusez-moi monsieur l’immigrant, j’ai roté mon lunch de ce midi et y’avait du porc dedans. 😉 Enfin…

  5. 5 Renart L'éveillé octobre 31, 2007 à 18:44

    Eric,

    est-ce que tu es d’accord pour dire que l’assertion « lorsqu’un problème n’est pas assez important » est subjective? Si moi je trouve qu’il est assez important, qui d’entre nous deux à raison? Il n’y a que la démocratie pour trancher. J’ai immensément le droit de m’en inquiéter et de l’écrire, et c’est ce foutu bâillon, que je sens que l’on essaye de me mettre depuis quelque temps, qui me met hors de moi.

    Je viens de regarder les statistiques sur le site du Secrétariat à la politique linguistique et j’avoue qu’il y a de l’amélioration en général, mais elle est mince. Selon les statistiques de 2001, il reste quand même au Québec 390 958 unilingues anglophones dont 208 890 sur l’île de Montréal. Pour ce qui est des gens n’ayant pas comme langue maternelle le français ni l’anglais, il y en a 364 054 au Québec, dont 254 757 sur l’île qui ne parlent pas français. Cela donne un total de 623 704 (8,7 %) personnes qui ne parlent pas français au Québec, mais encore pire, 393 617 (22 %) personnes sur l’île. Et j’ai été obligé de faire tous ces calculs par moi-même, car il n’y a pas de statistique concernant ce nombre.

    Non, mais, il faut avouer qu’un peu plus d’une personne sur 5 ne parlant pas français sur l’île de Montréal, c’est encore énorme. Il est clair que la situation problématique, si elle l’est, puisque je sais que c’est subjectif, concerne majoritairement l’ïle de Montréal, où s’est installée la majorité des immigrants. Et, avec un taux de bilinguisme de 57% (comparativement à 40,8% dans le Québec au complet), il serait surprenant que la situation s’améliore d’elle-même. Et avec une augmentation du nombre d’immigrants dans l’avenir et les budgets au niveau de la francisation qui ont été coupés dernièrement, ce n’est pas trop fort de s’inquiéter.

    Alors, si l’avocat Guy Bertrand est capable de dire que Montréal deviendra majoritairement anglophone d’ici dix ans, statistiques à l’appui, je me dis que le résultat de ma petite enquête ci-haut est sûrement la pointe de l’iceberg, même si au pire on rejetait la moitié de ce qu’il avance : je pense qu’on peut quand même lui donner ça…

    Caroline,

    je suis bien content de voir que vous avez modifié votre point numéro trois, mais malheureusement, il est clair que ma critique ne concernait pas seulement la « théorie du complot »… pour être fidèle à mes convictions, je ne la signerai pas. Mais je vous ai fait un peu de publicité alors c’est de bonne guerre. Pour que je la signe, il faudrait enlever le point 3 tout court.

    Folliculaire,

    comme tu vois, la référence au complot a été enlevée, c’est bien, mais pas assez pour moi.

    J’ai bien hâte de te lire sur le sujet de l’immigration et de l’intégration.

    Merci, je vais aller voir ça, le culturalisme sociologique!

  6. 6 Renart L'éveillé octobre 31, 2007 à 22:28

    Carolinade,

    je ne crois pas que ce soit les accommodements, dans le sens où on l’entend, qui soit le problème. Pour ma part, je suis très d’accord pour être très accommodant, mais la place du français est la position où je suis intraitable!

  7. 7 Alain B. octobre 31, 2007 à 23:22

    J’essaie de t’écrire un commentaire mais j’écoute justement Guy Bertrand à RDI qui est en train de parler du sujet… Il me fait trop réfléchir pour que j’arrive à t’écrire… a+

  8. 8 Alain B. novembre 1, 2007 à 2:10

    Je dois dire que j’appuie entièrement le commentaire initial d’Éric Bondo. C’est exactement ma façon de penser.

    Je partage ta préoccupation à faire du Français le principal point d’encrage commun de notre société. Et comme je le dis dans mon billet qui est une forme de réponse au tien, je n’ai rien contre l’idée d’une citoyenneté qui soit liée à la volonté d’aprentissage du Français.

    Je comprends ta frustration à avoir l’impression de te faire dire qu’il est mieux qu’on se la ferme quand il s’agit d’insister sur ce point. …de peur de froisser les sensibilités des autres… qu’il ne faut jamais questionner la bonne foi des nouveaux arrivants quand à la volonté d’aprentissage de notre langue. etc.. etc… Je ne dis pas qu’il faille nier la problématique… mais sur ces questions il faut faire très très attention à la présomption de mauvaise foi (c’est mon dada aujourd’hui) il n’y a pas pire poison entre deux parties que cela.

    Je trouve, par exemple, qu’il n’y a pas pire obstacle à faire avancer la société ces jours-ci que la présomption de mauvaise foi qui existe entre la gauche et la droite.

    La même réaction primaire que tu ressens lorsqu’on te fais sentir que tu es un genre de fascho par ce que tu proposes… alors que toi tu n’est armé que de bonne foi et de préoccupation sincère pour l’avenir de ta langue et l’harmonie de ta société… ce sentiment qui te donne alors le goût de te braquer sur tes posistions… C’est extactement ce que ressent l’immigrant que l’on fait sentir comme un profiteur déliquant par ce que nous proposons alors que lui n’est armé que de bonne foi et d’un désir sincère de se joindre à notre société… dans notre langue et le respect de notre culture… et qui fait qu’il se braque à son tour sur ses positions.

    On se retrouvent alors avec une situation empoisonnée où d’un coté on pense « Ils veulent rien savoir d’apprendre le Français » et de l’autre ils penesent: « Ils créent des obstacles parce que dans l’fond, ils veulent rien savoir de nous-autres. » Résultat: Bad shit et aucun progrès.

    Alors qu’en réalité, les deux sont beaucoup plus près qu’ils ne le pensent. (Crois moi, la grande majorité d’entre eux sont d’accord avec le principe qu’il faille apprendre le Français pour participer pleinement à la société.)

    Y’a rien de pire de pire que d’accuser les gens de bonne foi d’être de mauvaise foi. Et l’ironie est que c’est une des armes les plus efficaces qu’utilisent les gens de mauvaise foi.

    La réelle mauvaise foi existe de chaque coté. Fo Niemi et les gens du B’nai Brith, dans ce cas ci (dans tous les cas à mon avis pour M. Niemi) sont de mauvaise foi. Il y a dans ce projet de loi des considérations bassement partisanes qui sont de mauvaise foi. (Je ne saurais les identifier, n’ayant pas suivi la « joute de terrain » sur ce dossier, mais il y en a toujours en politique)

    Mais en gros, autant les forces derrière ce projet de loi que les immigrants qui se sentent heurtés par un aspect de ses dispositions sont de bonne foi (toi inclus)

    En fait, j’imagine très bien le raisonnement des Péquistes et la surprise qu’ils ont dû avoir en voyant que ça accroche justement sur cet aspect là. Une fois qu’on statut une citoyenneté québécoise et que le Français est le principal moyen d’y accéder (et crois moi jusqu’ici on rallie encore la vaste majorité des gens), il faut bien trouver quelque chose qui distingue ce statut de la citoyenneté canadienne. Ils ont trouvé l’idée de mettre l’accent sur l’accès aux postes électifs en se disant que ça ne bousculerais rien puisqu’il s’agit déjà d’un état de fait.

    Sauf qu’en voyant la réaction négative à cet aspect particulier de le loi, exacerbée par le fait que les tensions (la mienne inclus) sont haute partout ces jours-ci, la chose sage à faire si on tient vraiment à faire progresser l’idée d’une citoyenneté québécoise basé sur le Français, aurait été de dire: « Ok, on a compris, on retourne brainstormer et on vous reveniens avec un meilleur concept ».

    En jouant le jeu du braquage de positions, le PQ est en train d’empoisonner le terrain qui permetterait à cette (très bonne) idée de se réaliser et ce, au nom d’intérêts partisans à court terme.

    Le concept est bon. C’est juste une question de branding de stratégie de mise-en-marché.

    Ouverture, mon ami…

    Malheureusent, en ce qui a trait à la stratégie en ce moment, sur cette question le PQ commence à me faire penser à ça.

    😉

  9. 9 Alain B. novembre 1, 2007 à 2:19

    Ah, oui. Je voulais aussi ajouter que moi, ce qui me plairais comme combat politique serait d’exiger du fédéral qu’Immigration Canada adopte une politique d’application de la loi canadienne déjà existante (en la modifiant où même à l’aide d’une « entente administrative ») de façon à ce qu’uniquement le Français (au lieu de l’une ou l’autre) soit exigé pour les immigrants qui s’installe au Québec.

    J’aimerais bien voir quelle carte Stephen « Mr. Strategy » Harper sortirait de sa manche face à celle là.

  10. 10 Renart L'éveillé novembre 1, 2007 à 6:57

    Alain B,

    très bonne idée que ce dernier commentaire!

    Pour ce qui est de l’autre, je te suis très bien, mais le gros problème, c’est qu’on parle d’immigrants qui ne sont pas encore ici, donc, la question resterait d’établir des balises plus claires pour ceux qui vont arriver à partir du moment où cette loi passerait, hypothétiquement. Pour ceux qui sont déjà ici, je me verrais mal prôner un quelconque moyen coercitif de les obliger à parler français…

    Je pense qu’il faut juste que le poids francophone, en particulier à Montréal, dans le « West Island », soit toujours plus fort pour influencer positivement ceux qui ne parlent pas français à l’apprendre.

  11. 11 Renart L'éveillé novembre 1, 2007 à 7:27

    Alain,

    Et là, après avoir lu le dernier billet de Pat Lagacé, je suis triste…

    En passant, j’ai trouvé très rigolo la petite animation! Ça compense…

  12. 12 Alain B. novembre 1, 2007 à 7:59

    Le problème du West Island en est pas un d’immigrants… présents ou futurs. C’est justement là que je trouve qu’on mélange les pommes et les oranges.

    Je partage votre réaction, à toi et à Carolinade, face aux Anglais de mon âge où plus jeune du West Island qui ne parle pas Français… C’est pire pour moi parce qu’en tant qu’anglophone au point de passer pour un « de souche », je ne me suis jamais gêné pour les intéroger et les relancer à ce sujet et leur attitude m’a toujours mise en profonde colère. On est plus dans le manque de respect, on est dans l’arrogance et le mépris.

    Mais ce ne sont plus ces gens là qui menacent l’avenir du Français en Amérique.

    D’ailleurs, c’est là ou on diverge toi et moi. Je ne perçois pas le français comme ménacé à Montréal. Tout le monde me sort des chiffres et des stats. J’ai l’impression que c’est la 3e fois en 20 ans qu’on me prédit la minorisation du Français sur l’île de Mtl « d’ici 10 ans ». Moi, mes données sont anecdotiques, certes, mais elle viennent d’une vie passé à vivre aux coté des immigrants. Et moi, j’ai l’impression que la francisation est un succès.

    Je travaille pour une (petite) compagnie informatique très anglophone de Westmount. Mes collègues avec qui je parle toujours en Français sont chinois et vietnamiens et c’est pas parceque j’insiste, c’est parce qu’après avoir grandi ici, ils sont québécois francophone et ça se fait naturellement… nous avons la même langue

    Je ne dis pas qu’il n’y a pas davantage d’efforts à faire étant donné le rythme d’accueil constant de nouveaux arrivants… ou qu’il n’y a pas d’immigrants qui soient rébarbatifs à apprendre le Français (il y en a). Mais c’est vrai que je suis beaucoup moins insistant auprès de la population adulte… étant donné que je base mon critère de succès sur le résultat que je constate tous les jours autour de moi auprès de leurs enfants et ce, dans un bassin de population où ceux de la société d’accueil sont minoritaire.

    Je te mets au défi Renart de trouver un seul enfant d’immigrant qui soit né ici ou arrivé dans la tendre enfance qui ne parle pas Français comme toi et moi. J’aurais envie de lancer le même défi à Guy Bertrand.

    Et ensuite je pose la question: Où est le problème?

    Les chiffres sont complexes et ont été arrosé à toutes les sauces dans ce débat mais la réalité quotidienne me présente un autre portrait.

    Je suis loin de dire que l’heure est au laxisme… ou que la situation est réglée, mais en effet, je dis qu’il faut arretez de penser en termes de « défense » et « protection » et qu’il est maintenant temps de passer à la promotion et l’épanouissement.

  13. 13 Eric Bondo novembre 1, 2007 à 14:21

    Alain B, tu m’enlèves les mots des doigts.

    Quant à toi, Renart, dans 6 mois tu vas mettre un cash-down sur ta maison du Plateau et tu n’auras plus à vivre entouré des derniers arrivants. Ta perspective n’en sera que moins dramatique.

    Mon assertion était peut-être subjective, mais dans mon livre à moi, en bas de 10% du total, on parle de valeur non significative. 8,7% de la population qui ne parle pas français, c’est insignifiant pas à peu près.

    Ceci dit, tes craintes t’appartiennent et tu as bien le droit, même si je trouve que c’est démesuré et uniquement dans l’air du temps; j’ai le droit de mon côté d’être confiant en l’avenir du Français, comme c’est le cas depuis que j’ai cessé de laisser la SSJB et les Nationalistes obtus me bourrer de leur « chiennage ».

    Il y a sûrement plus de gens au Q.I. de 130+ que d’unilingues anglais dans la province. Devrions-nous faire une loi pour les éloigner de la médiocrité à l’école?

    Il y a plus de rats que d’humains dans Montréal, devrions-nous faire une loi pour les exterminer une fois pour toutes?

    Il y a possiblement plus de gens violents que 8,7% en ville, devrions-nous implémenter le Soma?

    Plus de drogués, plus de pauvres, plus de malades, plus de gens seuls, plus de gens souffrant de santé mentale, plus d’enfants hyperactifs, plus de petites filles qui mettent de la lingerie, plus de futurs professeurs qui échouent le test de français à l’université…

    Ton 8,7%, c’est comme obliger le port du casque à vélo. Légiférer parce que certaines personnes ont un mauvais centre de gravité et tombent sur la tête, c’est laisser la peur décider de nos vies. Et, bien dommage, mais ce n’est pas avec ce genre de craintes qu’on prépare la naissance d’un pays, ou qu’on donne le goût aux gens d’apprendre notre langue et notre culture.

    Et toute tentative de légiférer à cause de peurs « légèrement » exagérées est signe qu’on est loin d’être prêts à l’émancipation.
    Il serait bien mieux de consacrer une loi pour rassurer les craintifs francophones que d’en faire une pour mettre au pas les unilingues anglais.

    Quant à l’idée de baillon, ce qui t’arrive relève plus de cette scène du film « Y a t-il un pilote dans l’avion », où le monde fait la file pour « rassurer » une passagère hystérique, que d’un véritable baillon.

  14. 14 AntiPollution novembre 1, 2007 à 15:34

    Je me demande si cette pétition a un rapport avec la Fédération des Québécois de souche…

  15. 15 Michel Monette novembre 1, 2007 à 17:29

    Écoutez l’émission du mardi de la série « Les grands accommodements ». Le témoignage d’un enfant de la Loi 101 est particulièrement intéressant.

    http://www.radio-canada.ca/radio/profondeur/45576.html

    La donne a changé. Plusieurs Québécois, toutes origines confondus, veulent maitriser l’anglais. D’un autre côté, les filles et fils d’immigrants fréquentent l’école française et apprennent donc la langue de la majorité. Pour ce qui est des anglophones de souche qui ne parlent pas le français, tant pis pour eux. Ça n’en fait pas pour autant des citoyens de seconde classe. Il faudrait juste préciser que dans le cas des Québécois de la communauté anglophone et des peuples autochtones du Québec, il n’y a pas cette obligation de maitriser le français pour pouvoir exercer tous leurs droits de citoyens.

  16. 16 Renart L'éveillé novembre 1, 2007 à 18:28

    Alain et Eric,

    c’est bien agréable de voir que vous vous mettez à deux pour me convaincre, mais vous seriez vingt que cela ne fonctionnerait pas. Je sais que c’est très subjectif, chacun de nos côtés, car tout comme vous, je vis à Montréal, moi dans le « West Island » et j’ai la nette l’impression que la vie se passe plus en anglais qu’en français. Alors, c’est pour ça que je disais que ce 20% d’unilingue à Montréal était la pointe de l’iceberg.

    Une petite citation de Patrick Lagacé, qui parle justement de ton quartier Eric :

    « Dans Urbania (désolé, pas d’hyperlien vers le papier), Émilie Dubreuil illustre de façon splendide le climat montréalais actuel, en décrivant cette drôle de caste d’Anglos habitant le Mile-End, des Anglos amoureux de Montréal et de sa différence, de sa culture, de son climat… Mais qui ne parlent pas français. Et Émilie de raconter comment, à sa façon, elle « combat » cette caste-là… Le constat, finalement : oui, on peut vivre à Montréal en anglais, en se faisant parfaitement comprendre et sans jamais risquer de se faire regarder de travers. »

    Alors, est-ce que c’est moralement acceptable de regarder de travers les unilingues anglos ou non? Là est la question!

    Pour répondre en même temps à Michel, eh! oui, le seule moyen de « peut-être » influencer ces gens est de les mettre devant l’évidence que ce n’est pas possible de se débrouiller au Québec sans connaître le français, ce qui n’est pas bien sûr le cas, on le voit bien. Alors, sur quelle base on peut agir là-dessus : bien sûr sur le long terme et en francisant à 100% les nouveaux arrivants pour ajouter au poids francophone.

    Un extrait du texte « Les 10 plus grands mythes sur le français au Québec » (en espérant que ça va mieux depuis ce temps…) :

    « 4-  » La minorisation des francophones sur l’île de Montréal n’a pas d’importance puisque des milliers de banlieusards francophones viennent y travailler tout les jours. » – FAUX

    Une étude du chercheur Pierre Serré (1999] a démontré que la présence quotidienne de ces banlieusards n’empêche pas que, dès que les francophones constituent moins de 80 % de la population d’un quartier montréalais, le solde des transferts linguistiques s’orientent massivement vers l’anglais. L’île de Montréal reçoit la presque totalité des nouveaux arrivants, et assume donc l’intégration des allophones pour l’ensemble du Québec. C’est pourquoi le sort du français se joue à Montréal. La population de l’île de Montréal représente environ 25% de la population totale du Québec. »

    Et un constat de Mme Aleksanian, directrice générale du centre d’appui aux communautés immigrantes, le CACI. via Vigile :

    « Le bilinguisme complique aussi les choses, dit-elle : deux immigrants sur trois échouent aux tests de français de l’Office québécois de la langue française exigés pour intégrer un ordre professionnel reconnu. Or le nombre de classes de français est restreint et il faut souvent attendre six mois pour qu’une place se libère au CACI. « Pendant tout ce temps, l’insertion va au ralenti, c’est très dur pour le moral », déplore Mme Aleksanian. »

    Dans le fond, tout ce que je dis, c’est qu’il ne faut pas baisser les bras et j’ai l’impression que vous essayez de m’en convaincre…

  17. 17 Renart L'éveillé novembre 1, 2007 à 19:50

    Eric et Alain,

    encore, à vous lire, ça me donne une autre bonne raison d’être borné, juste pour faire contrepoids. Si la majorité des francophones se disent qu’il n’y a pas de problème, quand il y en aura un sérieux, il sera trop tard… J’ai même l’impression qu’il est déjà trop tard : pour la majorité, vouloir protéger le français est considéré comme raciste, xénophobe et intolérant. C’est comme ça que je me sens jugé de votre part.

  18. 18 gaétan novembre 1, 2007 à 22:52

    D’accord avec vous Renart L’éveillé. Le point 3 de la lettre m’empêche de la signer.
    Je ne contesterai pas vos chiffres: le 8.7% ou le 10% d’unilingue anglais sur l’île de Mtl mais moi j’habite en région et quand je vais à Mtl aux 2-3 ans la perception que j’ai c’est qu’une bonne partie de l’île est anglophone à 30-40%. Et puis je n’arrive pas à comprendre que mes compatriotes ,qu’ils soient de souches ou pas, préfèrent le statu quo au projet du p.q. Pourquoi n’entendons-nous pas la voix des immigrés sur ce sujet. Ça me fait penser au vote des femmes voilées: tout le monde montait aux barricades alors qu’il s’agissait plus d’une loi mal faite que d’une demande des femmes musulmanes. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment certains droits civiques de futur immigrés sont plus importants que la protection de ma langue maternelle. N’est ce pas une attitude paternaliste envers les immigrés. Que l’immigré qui vienne ici sache à quoi s’attendre avec la loi sur la citoyenneté et si ça fait pas son affaire ben… qu’il aille ailleurs. C’est une question de respect comme vous le dites Renart. Et si l’on donne à l’extérieur l’image de quelqu’un qui se respecte et bien on va attirer des gens qui nous respectent.

  19. 19 Alain B. novembre 2, 2007 à 1:44

    « Alors, est-ce que c’est moralement acceptable de regarder de travers les unilingues anglos ou non? Là est la question! »

    Ma réponse à moi est très tranchée. S’il ou elle a 35 ans ou moins, est né(e) ici, a passé la majeure partie de sa vie ici et n’est pas capable de converser en Français (et n’a pas une maudite bonne excuse du genre « je suis handicapé mental ») alors la réponse est oui… et la justification morale augmente inversement proportionelle à l’âge de l’unilingue anlgo …mais il faut s’informer.

    Moi, j’ai déjà regardé de travers et dit clairement et respectueusement, en Anglais parce que c’est important qu’ils comprennent, ma façon de penser à plusieurs d’entre eux. C’est un des très, très rares points sur lequel je suis intraitable.

  20. 20 Renart L'éveillé novembre 2, 2007 à 16:36

    Gaétan,

    correction : 21% sur l’ïle. Donc, ce n’est pas les anglophones ni les allophones le problème, s’ils baragouinent au moins un peu le français, ce qui est à la base une marque de respect. Sinon, c’est certain qu’on ne peut faire la police de la langue et aller vérifier, aussitôt qu’on entend parler en anglais ou dans un autre langue que le français, si ces personnes sont capables de parler français…

    L’important est de pouvoir se faire servir en français partout et de ne pas avoir à sentir une réticence de la personne au service à la clientèle à le faire, comme ça m’est arrivé souvent.

    C’est sûr que c’est aussi assez triste de se rendre compte, dans nos rapports entre citoyens, quand on rencontre quelques qui ne parle pas français, ça colore malheureusement très mal le jugement parfois quand on entend quiconque discuter dans une autre langue. Ça m’arrive parfois, même si je sais que c’est pas bien.

    AlainB,

    je ne sais pas comment tu fais… Moi je réussis seulement à ne rien dire et à regarder de travers sans trop que ça paraisse…

  21. 21 Eric Bondo novembre 2, 2007 à 17:33

    Renart, je n’essaie pas de te convaincre, mais bien de te rassurer.
    Toute cette histoire de langue et d’identité, c’est encore la peur qui fait son travail.

    Depuis le temps, tu devrais avoir eu le temps de constater avec moi et d’autres que dans l’ensemble, les enfants de la loi 101 sont une réussite flamboyante de l’intégration.

    D’autre part, le West-Island appartient à des Canadiens, loyalistes Britanniques qui nous ont, je te le rappelle, conquis. Et nous sommes encore partie prenante de LEUR pays. POurtant, tels les gaulois, non seulement nous résistons, mais nous fleurissons.

    Tu as le droit d’avoir peur, je ne te juge pas pour ça. Mais dans mon livre à moi, c’est un bien mauvais maître. C’est même le maître d’oeuvre de nos deux échecs référendaires, et de cette fausse crise identitaire qui, selon moi, est en train de tuer le projet de pays pour de bon.

    Je suis brun, à moitié non-Québécois, mais aussi nationaliste, indépendantiste Québécois confiant qu’un gars comme Bourgault. Ça devrait faire un bout que le Québec est un pays. J’ai même décidé de mettre mes culottes et d’aller me battre pour l’indépendance.

    S’il n’y avait pas ces peureux de Fédéralistes de souche pour chier dans leur culottes, et maintenant des souverainistes qui tombent dans un nationalisme de peur, la question aurait été réglée y a longtemps.

    Mais, on risque de le rester longtemps si ce qui guide notre désir d’émancipation, si ce qui se révèle comme étant fondamental dans notre identité, c’est la peur. Et en ce moment, ce n’est pas Don Cherry qui traite les Québécois de moumounes; ils font la job eux-même chaque jour dans les médias. Pas trop reluisant comme expression d’émancipation.

  22. 22 Renart L'éveillé novembre 2, 2007 à 17:53

    Eric,

    je sais que c’est une question de perception, mais au lieu de la peur, je le vois plus comme de regarder la réalité en face, donc de voir aussi bien le positif que le négatif.

    Je dis juste qu’il faut rester vigilant. S’il avance vraiment, ce dont je doute fort, le français avance à pas d’escargot, et encore moins dans le « West Island », bien sûr…

    Si le sujet est si chaud des deux côtés, il doit bien être important s’il y a exagération à ce point.

    Je serais bien curieux de te lire amplement sur le sujet, dans le sens de tes idées pour améliorer encore plus les choses, par exemple comment protéger le français encore plus, tout en restant dans un statu quo législatif.

  23. 23 Alain B. novembre 2, 2007 à 19:54

    Je ne suis pas certain de partager entièrement l’analyse d’Eric sur pouquoi nous ne sommes pas encore souverain… ni sur les effets négatifs de la commission BT. Moi, j’ai encore espoir qu’il ressorte quelquechose de très positif de cette commission… (même si je partage parfois l’inquiétude d’Eric) enfin… on verra.

    Renart,

    Tes commentaires m’ont beaucoup interpellés et je t’ai écrit une longue réponse sur mon blogue.

  24. 24 Philippe David novembre 6, 2007 à 21:58

    C’est drôle, mais je pourrais te montrer des statistiques qui montrent que l’anglais est en régression à Montréal et que le français est de plus en plus parlé dans les foyers montréalais. De plus, comme Alain B. l’a dit, le problème ne vient pas vraiment de l’immigration. Les unilingues anglophones à Montréal sont en grande partie des baby boomers anglos de souche ou des immigrants pré-loi 101. La plupart des anglos plus jeunes apprennent volontiers le français car ils en voient les avantages. De nos jours, la majorité des nouveaux arrivants parlent déjà français, et dans bien des cas, le font mieux que nous. Ceux des immigrants qui ne parlent ni français, ni anglais doivent obligatoirement envoyer leurs enfants à l’école française grâce à la loi 101, ce qui leur donne l’incentive d’apprendre le français également.

    Je crois que tout comme le débat sur les accommodements religieux, l’aspect de l’anglicisation de Montréal a été sérieusement suramplifié. À entendre Guy Bertrand, on croirait presque que nous sommes revenus au temps des grosses méchantes vendeuses d’Eaton. Je suis plutôt confiant que non seulement on n’en est pas rendu là, mais qu’on y reviendra jamais non plus.

    Je ne suis absolument pas contre l’idée de protéger le français au Québec, mais je ne crois pas que la situation actuelle nécessite les méthodes que le projet de loi 195 propose. Le projet devrait être retravaillé et en se campant dans ses positions, le PQ ne fait que projeter une image de xénophobie et d’exclusion. La population anglophone au Québec ne cesse de diminuer depuis 1976 et sa proportion es maintenant en dessous de la barre des 10%(et ceux-ci ont toujours été concentrés dans le West Island). De quelle autre preuve as-tu besoin?

  25. 25 Renart L'éveillé novembre 7, 2007 à 0:13

    Philippe,

    je suis bien d’accord qu’il y a de l’amélioration, là n’est plus mon point.

    Comme je l’explique dans un des commentaires, il reste quand même plus de 1 personne sur 5 (22%) sur l’île de Montréal qui ne parle pas français… Et il est clair que ce pourcentage est moindre dans l’est et pire dans l’ouest. C’est encore beaucoup, quand même!

  26. 26 Philippe David novembre 7, 2007 à 1:18

    @ Renart:

    « Comme je l’explique dans un des commentaires, il reste quand même plus de 1 personne sur 5 (22%) sur l’île de Montréal qui ne parle pas français… Et il est clair que ce pourcentage est moindre dans l’est et pire dans l’ouest. C’est encore beaucoup, quand même! »

    Ce que je réprouve dans tout ça, c’est que les défenseurs du projet de loi 195 semblent vouloir la justifier en sortant des scénarios de jugement dernier sur l’anglicisation de Montréal, alors que ce n’est pas vrai du tout. Il reste encore beaucoup d’anglophones certes, mais leur nombre ne cesse de diminuer malgré l’immigration, ce qui tend à prover que les nouveaux arrivants ne s’assimilent pas à la minorité anglophone mais à la majorité francophone. Alors cette loi? On en a besoin pourquoi au juste?

  27. 27 Renart L'éveillé novembre 7, 2007 à 1:52

    Pour finir le travail et le consolider, étant donné qu’il semble que la mondialisation influencera de plus en plus le bilinguisme. Et le bilinguisme n’encouragera jamais les unilingues anglophones et les allophones ayant choisi l’anglais à se mettre au français, c’est clair.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Nethique.info

Finaliste Grands Prix AJIQ catégorie Illustration éditoriale

Catégorie : Illustration éditoriale

Fier collaborateur de…

Infoman
Reflet de Société

Babillages (Twitter)

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Un sous à la fois!

RSS Billets choisis de mon agrégateur (blogoliste dans la bannière)

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Archives

copyleft

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Catégories

Statistiques (depuis 01/01/2008)

  • 632 310 hits

RSS Art

  • Incidence
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/
  • Barack Obama + Hillary Clinton = Scarlett Johansson!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Oui, oui, je sais, quel drôle de titre… C’est que je suis tombé tantôt sur un billet de Benoit Descary qui pointe un nouveau service de recherche d’images similaires nommé GazoPa. Étant donné que je me suis déjà fait piquer une image, je me suis amusé à essayer les […]
  • Quelques images en passant…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Pour avoir la tête dans le cul, je l’ai quand même un peu. Je suis encore légèrement enrhumé (la petite a ramenée ça de la garderie), pas grippé de l’ah! (contrairement au blogueur qui tient Le Gros BS). J’avais trouvé cette photo naguère sur le blogue de Mazzaroth et […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Monsieur l’articide,
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la suite de mon billet précédent, on m’a pointé un texte d’un auteur qu’un certain Pierre Côté considère comme étant « Le plus grand auteur québécois de sa génération » (découvert via @patdion), soit Carl Bergeron. Chacun a droit à son opinion, mais de mon côté, je n’ai pas hésité […] […]

RSS Critiques

  • André Sauvé : un monde fou!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Hier soir, je suis allé voir le spectacle d’André Sauvé avec, je vous avoue, un préjugé défavorable, bien qu’à la base j’aime beaucoup cet humoriste. C’est que j’ai pas mal vu de ses sketches sur le web, à la télé et ses « chroniques » à 3600 secondes d’extase, et j’avais […] […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]
  • Mauvais Oeil
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ La poussière est retombée, on respire par le nez, je vais donc pouvoir revenir sur le cas Pascal-Pierre Fradette. Hier, mon sixième sens me disait qu’il fallait que je google son nom et je suis tombé sur son nouveau projet : Mauvais Oeil. Je me souvenais d’un de ses […]

RSS Culture

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Questions nationales : impressions et réactions
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ J’aimerais revenir sur ma soirée d’hier au cinéma Quartier Latin où j’ai assisté au visionnement du film « Questions nationales », en compagnie du blogueur Lutopium. De visu, j’ai pu remarquer la présence de Pauline Marois, Gilles Duceppe, Pierre Curzi, Françoise David, Pierre Dubuc, Michel David, […]
  • Questions nationales : un film utile
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Le projet, qui germe, meurt et regerme depuis les années 70, s’est concrétisé hier soir par une première au Festival des films du monde. Dans une salle comble, où se trouvaient entre autres les chefs des partis souverainistes, j’y étais, question de goûter à « Questions nationales », ce […] […]

RSS Humanisme

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’endoctrinement, l’éthique, la culture et la religion
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je me souviens avoir déjà pris la défense du cours d’éthique et de culture religieuse. Je le voyais comme une bonne manière de sortir la religion de l’école en l’incluant dans l’Histoire (globale), par la mise en contexte. Il semble que ce soit plutôt le contraire. La religion, avec […] […]
  • Prix à la consommation : comme une odeur de prise d’otage
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Il y a de ces choses qu’on sait, mais quand on se les refait remettre en pleine face, elles puent. C’est ce qui m’est arrivé quand […]
  • Ce n’est pas la nature qu’il faut sauver, c’est nous!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Après tout ce bleu, étourdissant pour certains, sombre pour d’autres, en attendant le rouge noyé sous la pizza et la bière des déménagements, il serait bon de retourner à la réalité. Une de celles-là, c’est que les contaminants qui nous entourent diminuent « l’écart de poids à la naissance […] […]
  • Né pour un grand pain (les osties, c’est pas assez…)
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Vous êtes sûrement au courant que l’athéisme sort dans la rue prochainement : « une dizaine d’autobus de la STM arboreront une publicité commandée par l’Association Humaniste du Québec ». Si vous ne l’êtes pas, le message qu’on y verra : Dieu n’existe probablement pas. Alors, cessez de vous inquiéter [… […]

RSS Littérature

  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Ce que je n’ai pas encore pu dire au sujet de Nelly
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au figuré, je me mords les doigts presque au sang depuis mon petit billet d’humeur suite à la mort de Nelly Arcan. Attendre que la poussière retombe pour être certain de ne pas me précipiter stupidement dans le regret. Mais en même temps, comme le souligne bien justement Christian […]
  • Autour de Nipi
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Tant qu’à être dans la poésie, continuons! De Claude Péloquin, je ne connais pratiquement rien, sauf bien sûr sa chanson ultra connue : Lindberg; et son célèbre « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves ? C’est assez. ». J’ai bien dû lire sans trop m’en rendre compte […] […]
  • Un foutu beau débordement de singularité
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Ç’a été long, mais chose due, chose faite, je l’ai lu ton Vamp. Et je m’incline bien bas, mon cher Christian. Comme un chocolat pur cacao à 99%, je l’ai grignoté à petite dose ta brique, m’explosant les papilles, humant ton mistral a plein poumon, pour en épuiser ensuite […]
  • Le luxe du temps
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Bon, voilà, j’ai publié aujourd’hui mon dernier billet sur Blogosphère. Cette collaboration me grugeait du temps comme c’est pas possible! Je pouvais passer trois heures par jour à scruter mon agrégateur pour suivre ce qui se passait dans la blogosphère; et trois heures, c’est conservateur comme chiffre […]

RSS Musique

  • Pourquoi les gens sont gaga de la Lady?
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ À la fin de son billet « Le filon pop et les archétypes de certitude », Jean-Simon DesRochers pose une question qui attire une réponse de ma part : Et puisque je m’interroge sur la pop; quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi Lady Gaga fait un tel tabac? N’étant pas totalement idiot, […] […]
  • Blogue-notes
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Au menu, quelques notices qui pourront sûrement vous intéresser. Premièrement, question de réagir virtuellement à la corruption en cours depuis trop longtemps, il est possible de s’inscrire au groupe Facebook « http://www.nonalacorruption.com/ » et aussi de signer la pétition en ligne. Commentaire […]
  • Pour en finir avec le lipdub, entre autres…
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Un certain David Descôteaux (affilié à l’IEDM : un organisme de charité, soit dit en passant!), est venu me spécifier voilà quelque temps (à la suite d’un vieux billet, « La peur d’Anne Dorval ») qu’il a signé une chronique dans le journal Métro et que ça devrait m’intéresser. Si […] […]
  • Un pied dans le dubstep
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Même si je suis DJ, c’est très rare que je parle musique ici. C’est mon monde parallèle. Mais je vais déroger à cette habitude. C’est qu’hier je me suis rendu en compagnie d’un compagnon de travail au Piknik électronique pour entendre deux DJ d’Angleterre : Skream et Benga. Ils […] […]
  • Michael Jackson : le dernier repos? Pas de tout repos!
    Visitez mon nouveau blogue : http://renartleveille.com/ Il va sans dire que l’hommage à Michael Jackson a été le « premier événement culturel multiplateforme d’importance ». D’un autre côté, les réactions à cet événement ont été nombreuses et variées sur le web. Permettez-moi de vous présenter quelques morceaux choisis, et ce, seulement pour la journée d’hie […]

RSS Philosophie

  • Sur la liberté de surconsommer et la culture qui la soutient
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Sans un changement culturel radical qui ferait de la surconsommation un interdit, voire un tabou, les politiques écologiques et les changements technologiques en cours mènent l’humanité tout droit à un cul-de-sac écologique et économique, estime le Worldwatch Institute de Washington, dans son «état […]
  • Sur l’évolution et le changement
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Du changement. Fascinant à quel point le changement est devenu un phénomène positif… Avant, c’était risqué… aujourd’hui, c’est en certitude d’un changement pour le mieux. […] Le changement est devenu la nourrice de notre lassitude… c’est charmant comme évolution. Plus les changements sont possibles […]
  • Un dinosaure dans la blogosphère
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Dans ce monde virtuel, malgré une veille assez large, malgré des alertes Google, malgré la technologie de notification des liens entrants, l’humain est toujours utile. C’est qu’à la suite de mon premier billet en lien avec le suicide de Nelly Arcan, quelqu’un est venu m’indiquer qu’un autre comment […]
  • Sur le nationalisme
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ Je regrette qu’il n’existe pas en français de mot pour désigner l’attachement que l’on peut ressentir pour le lieu où nous vivons notre enfance, entouré de gens qui nous aiment et qu’on aime — et pourvu que notre enfance ait été heureuse. Mais si vous retirez du nationalisme cet […] […]
  • Ne bouge surtout pas!
    Visitez mon nouveau blogue :  http://www.renartleveille.com/ (Le billet qui suit a été publié parallèlement sur Les 7 du Québec, pour lire les commentaires ou en laisser, suivre l’hyperlien précédent.) Je suis tombé sur cette photo la semaine dernière. Elle m’a troublé. Au-delà de la confiance aveugle, j’y vois une allégorie de notre condition sociétale. Les […]

%d blogueurs aiment cette page :